Expédition Olgoï-Khorkhoï

Par RichardFreeman

En mai 2005, le CFZ a entrepris notre  plus ambitieuse expédition  à ce jour. Quatre d’entre nous se sont rendus dans le désert de Gobi à la recherche du tristement célèbre ver tueur mongol ; une créature vermiforme vivant dans le désert dont on dit qu’elle cracherait un venin jaune corrosif et dont les nomades mongols qui la connaissent sous le nom d’Olgoï-Khorkhoï (prononcé « olra hoy-hoy ») ont très peur. L’équipe était composée de moi-même, de mes deux éternels compagnons de voyage Jon Hare et du Dr Chris Clark, et d’un nouvel ajout à la force expéditionnaire CFZ – Dave Churchill. Dave était un membre de longue date de la CFZ et voulait rejoindre l’expédition mongole lorsqu’elle a été envisagée pour la première fois  plusieurs années auparavant.

Richard Freeman à gauche, et l’équipe de l’expédition

Les rapports suggèrent que le ver de la mort remonte à la surface après les pluies et vit près des sources d’eau. Par conséquent, nous avons imaginé endiguer certains des ruisseaux de l’oasis afin de créer des crues localisées, pour attirer ainsi les vers à la surface. Chris a également proposé l’utilisation de pièges à seau. Ce sont des seaux enfouis dans le sable. avec un filet de maille enroulé entre eux. L’idée est que les petites créatures se cognent dans le filet puis rampent le long jusqu’à ce qu’elles atteignent et tombent dans l’un des seaux. Nous pourrions alors les examiner le matin. Il a également apporté des pièges à petits mammifères afin que nous puissions essayer d’attraper des proies potentielles du ver tueur pour examen. Nous avons également imprimé des dépliants en mongol pour les  distribuer dans toute la région que nous visitions. Il s’agissait d’expliquer qu’un groupe de scientifiques britanniques voyagerait dans la région en mai et et que nous donnerions une récompense de 50 $ pour un spécimen Olgoï-Khorkhoï.

Nous avons volé via Moscou (un aéroport unique au monde selon mon expérience, car dépourvu du moindre de bureau de change), jusqu’à la capitale de Mongolie Oulan-Bator.

Oulan-Bator

Oulan-Bator n’a pas l’air très orientale, mais davantage  Russe avec son architecture caractéritique du bloc de l’Est. Les bâtiments sont gris ou brun terne et fonctionnels. La ligne d’horizon est dominée par une énorme centrale électrique qui brûle du charbon et le pompe à travers un gros tuyau laid pour chauffer la ville. Il y avait quelques gurs éparpillés, les tentes circulaires traditionnelles mongoles, dans les arrière-cours ou groupés à la périphérie de la ville. Il me semblait étrange qu’un peuple nomade, celui de Gengis Khan, vive de cette manière sédentaire.

Tentes traditionnelles mongoles à Oulan-Bator

Nous avons été accueillis à l’aéroport par Byamba, le directeur de e-mongol.com, la compagnie avec laquelle nous voyagions. Autrefois fermée aux étrangers à l’époque socialiste, la Mongolie est désormais une destination prisée des voyageurs les plus aventureux. Byamba nous a dit qu’une compagnie canadienne possédait les mines et la centrale électrique et que le patron s’appelait Richard Freeman !

Dave avait créé un site Web, www.cryptoworld.co.uk afin de retracer nos aventures. Il avait l’intention de donner des mises à jour régulières via son ordinateur portable, mais sa connexion USB ne fonctionnait pas. Après nous être enregistrés à l’hôtel Marco Polo, nous nous sommes dirigés vers les bureaux d’e-mongol pour voir si cela pouvait être réparé.

On nous a présenté nos guides Bilgee (prononcé Bilgay), un type trapu et génial, et Tulgar (prononcé Tograr), un homme un peu timide au début de la vingtaine. Le connecteur de Dave n’a pas pu être réparé, il a donc fait le tour de la ville à la recherche d’un nouveau. Pendant son absence, Byamba a tenté de contacter un homme nommé Boldbaatar qui travaillait comme chercheur au ministère des Sciences et de l’Éducation. Boldbaatar faisait des recherches sur le ver tueur depuis un certain temps et Byamba voulait lui présenter notre équipe.

Boldbaatar a affirmé qu’il venait de quitter son bureau pour un voyage de recherche et qu’il serait absent pendant plus d’un mois. Byamba soupçonnait qu’il ne voulait tout simplement pas partager ses informations.

Cet après-midi, nous avons visité le Musée d’histoire naturelle. Leur collection de dinosaures est stupéfiante. Ils comprenaient Tarbasaurus baatar, le cousin asiatique du Tyrannosaurus rex, et Deinocheirus mirificus, un énorme dinosaure ornithomimidé qui, jusqu’à récemment, n’était connu que pour ses vastes avant-bras de 8 pieds de long. On pense qu’il utilisait ses griffes ressemblant à des faux pour collecter du matériel végétal pour se nourrir. Le plus impressionnant était un vélociraptor et un protocératops enfermés à jamais dans une danse de la mort. Le prédateur serre la collerette osseuse de la proie, tout en lui déchirant le ventre avec ses griffes postérieures recourbées. La proie se défend en mordant le poignet de l’un de ses ennemis. Les deux ont été enterrés par une tempête de sable il y a des millions d’années et préservés au milieu de leur combat.

Le combat de dinosaures

Ensuite, nous avons visité un grand marché où j’ai été bousculé plusieurs fois. J’ai découvert plus tard qu’un bâtard avait subtilisé mon appareil photo numérique à 300 £.

Dave n’a pas pu faire fonctionner sa clé USB, alors au petit-déjeuner le lendemain, Byamba nous a présenté un ami à lui appelé Damdin qui était un as de l’informatique. Il travaillait à programmer des ordinateurs pour la société minière. Il n’a pas réussi à réparer le gadget mais s’est beaucoup intéressé à notre voyage. Il nous a parlé d’un homme qui avait prétendu avoir vu une créature comme un yéti seulement plus petit il y a quelques années. Cependant, lorsque la bête a été capturée, il s’est avéré qu’il s’agissait d’un singe qui s’était échappé du cirque !

Une autre histoire qu’il avait était plus intéressante :  Sa tante lui avait parlé d’un dragon qu’elle avait vu dans une rivière dans les années 1940. Cela s’est produit dans le nord de la Mongolie juste après la Seconde Guerre mondiale. L’animal était mort et dépassait d’une rivière gelée. Au début, j’ai pensé qu’il devait s’agir d’un mammouth congelé, mais Damdin a dit qu’il était long et écailleux comme un serpent. Il mesurait environ 30m de long, mais seul le dos était visible au-dessus de la glace. L’hiver avait été très rigoureux, alors les villageois se sont nourris de la chair du dragon mort jusqu’à ce que le dégel printanier ait emporté la carcasse. Si seulement ils avaient gardé quelques écailles !

En Mongolie, les dragons sont appelés luu (prononcé low). On pense qu’ils vivent au ciel et ne descendent sur terre qu’à de rares occasion. Ils provoquent la pluie et lorsque des nuages ​​d’orage se forment autour d’un sommet de montagne, cela s’appelle luu hang.

On nous a présenté nos chauffeurs Togoo et Davaa et les véhicules qui nous transporteraient pour le mois prochain. C’étaient de robustes petites camionnettes tout-terrain russes qui avaient été adaptées en mini-bus.

Un minibus

Après le petit-déjeuner, nous nous dirigeons vers la nature sauvage. Sur une colline surplombant Oulan-Bator se trouvait un grand cairn de pierres avec une branche saillante. A propos de la branche était attaché en tissu bleu. Bilgee a expliqué que c’était un ovoo. Les voyageurs s’arrêtèrent et en firent trois fois le tour et placèrent une nouvelle pierre sur le tas. Cela garantirait un retour en toute sécurité. Nous avons tous ajouté à l’ovoo avant de passer à autre chose.

Les membres de l ‘expédition autour de l’ovoo

Je pensais que voyager à Sumatra prenait beaucoup de temps mais, cela n’a rien comparé à la Mongolie. Les vastes distances et l’absence totale de tout ce qui s’approcherait de routes décentes rendent les voyages sans fin. Nous avons finalement atteint une zone de roches étranges. On aurait dit qu’une glace au chocolat appartenant à Godzilla avait fondu. Les roches brunes coulaient sous des formes liquides étranges et un bois clairsemé se formait à leurs bords.

Les oiseaux étaient omniprésents. De vastes vautours noirs planaient au-dessus de nous et des pics voletaient parmi les arbres. Une paire de corbeaux bruyants a observé notre camp avec intérêt. Partout où nous sommes allés en Mongolie, les corbeaux étaient présents. C’est devenu un sujet de plaisanterie entre nous et le propre folklore de notre expédition, nous disions qu’il s’agissait des mêmes corbeaux qui suivaient notre voyage, comme les corbeaux surnaturels d’Odin dans la mythologie nordique.

Près du camp se trouvait un très gros ovoo avec un arbre vivant en son centre. En plus du tissu bleu, il y avait des drapeaux de prière avec le symbole du cheval volant (emblème de la Mongolie) ou des représentations des créatures du zodiaque mongol qui sont à peu près les mêmes que les chinois.

Nous avons déjeuné dans une petite agglomération qui avait des airs de ville frontalière mexicaine. Il y avait un combat de lutte mongole qui se tenait dans le village, alors nous sommes allés y jeter un œil. La lutte mongole semble avoir pour but de déséquilibrer votre adversaire tout en luttant avec les bras verrouillés. Vous n’êtes pas autorisé à vous agenouiller ou à poser vos mains sur le sol. Un pauvre type a été comiquement surpassé par l’équivalent mongol de « Big Daddy ».

Exemple de lutte mongole

Le troisième jour, le terrain est devenu plus ouvert et le désert rocailleux. Pendant que nous roulions, Bilgee m’a dit qu’un de nos chauffeurs avait été dans la région environ dix ans plus tôt et avait essayé d’utiliser un puits mais avait découvert qu’il avait été couvert et verrouillé. Après s’être renseigné à ce sujet, on lui a dit qu’un dragon était entré dans le puits.

Nous avons localisé le puits, grand comme un chassis de voiture,  autour d’un trou rempli d’eau boueuse. Il ne mesurait que quelques pieds de diamètre, donc le dragon aurait dû être très mince pour s’y glisser.

Nous nous sommes renseignés auprès d’un gur voisin. La dame qui possédait le gur était des plus hospitalières et nous nous sommes bientôt réunis autour d’un verre de thé mongol salé. Elle nous raconta qu’il y a dix ans, un vieux sage avait vu un dragon entrer dans le puits. Il avait ordonné de le fermer et dit qu’il ne fallait pas y puiser d’eau. Les enfants locaux ont eu peur.

L’histoire s’est répandue et trois représentants du gouvernement sont venus le voir, c’était à l’époque socialiste et l’histoire était considérée comme religieuse et donc contraire à la pensée socialiste de l’époque. Les trois hommes ont versé de l’huile dans le puits en guise de punition aux gens superstitieux. Peu de temps après, deux d’entre eux sont morts mystérieusement et le troisième reste sans enfant à ce jour.

La femme n’a pas vu le dragon elle-même, mais elle nous a dit qu’il était censé changer de couleur comme un arc-en-ciel. Si une personne malfaisante posait ses yeux sur lui, le dragon devenait tout noir.

Un exemple de puit du désert de Gobi

Cette nuit-là, nous avons campé à l’ombre de montagnes noires et tordues qui n’auraient pas semblé déplacées en Mordor. Nous les avons explorées et je peux vraiment dire que le sentiment d’être observé dans des endroits étranges était plus fort ici que partout ailleurs où je suis allé.

Au fur et à mesure que nous roulions plus au sud, le terrain devenait plus plat. Je tire mon chapeau à nos chauffeurs et à la façon incroyable dont ils naviguent sans bénéficier de routes ni de points de repère. Le terrain était monotone.

Chris et moi avions Davaa comme chauffeur. Dave et Jon avaient Togoo. Togoo a conduit comme un fou et a eu très peu de problèmes. Davaa conduisait comme une vieille dame et était constamment consternée. Deux fois nous avons été arrêtés par des crevaisons et une fois nous avons eu un moteur surchauffé. En route, nous avons vu un essaim de vautours noirs autour d’une carcasse de cheval. Nous avons également aperçu au loin quelques rares gazelles à queue noire (Gazella subgutturosa).

Gazella subgutturosa

Nous nous sommes arrêtés pour dîner dans une zone connue sous le nom de Long Red Mountain. Une fois de plus, la campagne mongole aux allures de caméléon avait changé. Maintenant, cela ressemblait à la surface rougeâtre de Mars. Long Red Mountain est célèbre pour ses fossiles de dinosaures et ses œufs fossiles. C’est l’un des endroits que le paléontologue Roy Chapman Andrews a visités dans les années 1920. Il cherchait des humains fossiles mais a découvert des dizaines de sites de nidification de dinosaures. Les découvertes continuent à ce jour. Certains touristes allemands avaient trouvé un œuf ancien en 2004.

Nous avons essayé de tenter notre chance et nous séparer pour rechercher des fossiles. Je regardais le long des remblais où de petits glissements de terrain s’étaient produits lorsque mes yeux sont tombés sur un œuf fossile parfait. C’était un peu plus gros qu’un œuf de poule et plus en forme de losange. Il y avait de minuscules fissures sur sa surface grise poussiéreuse. Avec enthousiasme, je me penchai pour le saisir dans l’idée de le présenter au musée d’histoire naturelle d’Oulan-Bator. Il s’est instantanément effondré en poussière dans ma paume. Ce n’était rien d’autre que de la merde de chameau desséchée !

J’en riais quand la tempête de sable a éclaté. Il est venu de nulle part, une tempête rouge hurlante qui a fouetté le sable dans une frénésie et a déchiré la peau et les yeux. Je suis retourné au camp et nous sommes partis. C’était comme conduire dans un brouillard agressif.

Nous nous sommes finalement écartés de la tempête et avons passé un puits. Autour étaient rassemblés des nomades avec des troupeaux de moutons, de chèvres, de chameaux et de chevaux. L’eau était aspirée via un seau sur une corde attachée à une inclinaison en bois, articulée et lestée. Le poids contrebalance le seau d’eau, ce qui le rend beaucoup plus facile à tirer. C’est une tradition en Mongolie que lorsque les voyageurs passent devant un puits en cours d’utilisation, ils s’arrêtent et aident à puiser de l’eau pour le bétail, nous avons donc tous rempli à tour de rôle les auges pour les animaux.

les chameaux rencontrés par l ‘expédition

L’un des nomades m’a proposé de monter à dos de chameau, une bête à l’air grincheux qui était agenouillée dans la poussière. J’ai accepté et j’ai commencé à le monter quand j’ai commis un terrible faux-pas contre le protocole propre aux chameaux. Lorsqu’on monte sur le navire du désert, on est censé jeter sa jambe entre les bosses de la bête puis insérer son autre pied dans l’étrier le plus proche de soi. J’ai mis mon pied dans l’étrier avant de jeter ma jambe par-dessus. Le chameau indigné hurla de fureur et tourna la tête pour me faire face avec un regard de pure haine. Portant de vilaines défenses jaunes, il s’est dressé et m’a jeté au sol et a tenté de s’enfuir dans le désert. Il a fallu trois hommes pour reprendre le contrôle de la bête… 

Nous avons décidé de ne pas camper cette nuit-là et sommes restés avec la famille de Davaa dans la deuxième ville de Mongolie, Dalanzagad. L’équivalent mongol de Birmingham faisait qu’Oulan-Bator ressemblait à Venise ou à Prague, mais il y avait un cybercafé où Dave pouvait mettre à jour le site Web.

Jon et Dave ont été accostés par un ivrogne qui leur a dit qu’ils étaient fous de chasser l’allghoi-khorkoi car il avait « tué des milliers de personnes ».

A la périphérie de Dalanzagad vivait l’un des témoins qui avait vu nos affiches et avait contacté Byamba. Luvsandorj était un ancien policier de 90 ans. Il vivait dans le quartier Gur de la ville. Il nous a invités à entrer et, suivant la tradition, nous a offert du tabac à priser en bouteille. Je n’avais jamais pris de tabac auparavant, et pensant qu’il était grossier de refuser, j’en pris une bonne pincée et l’enfournait dans ma narine. J’ai failli m’évanouir à force d’éternuer – au grand amusement de notre hôte.

C’était en 1930 que Luvsandorj avait vu le ver tueur. Il avait 15 ans à l’époque et s’occupait des vaches lorsqu’il est tombé sur une créature brun rougeâtre de 60 cm de long dans le désert. Il mesurait environ 12cm d’épaisseur et il ne pouvait voir ni yeux ni bouche dessus. Il était en forme de saucisse et se déplaçait légèrement d’un côté à l’autre. Il courut prévenir ses parents qui le prévinrent de ne pas s’en approcher car c’était mortel. Il fit un dessin de ce qu’il avait vu, une forme grossière de saucisse. Il nous a fourni les noms et adresses d’autres personnes qu’il connaissait qui avaient vu la créature.

Alors que nous roulions dans le désert, nous avons vu ce qui ressemblait à un immense lac scintillant surplombé par des montagnes. En nous rapprochant, nous avons vu que c’était un mirage titanesque. Nous avons campé dans le désert glacial sous d’étranges panoramas de roches noires.

Le mirage vu par l ‘expédition

Le lendemain, nous nous sommes enfoncés plus profondément dans la nature sauvage et avons retrouvé l’une des personnes figurant sur la liste de Luvsandorj. Juuraidor était un chamelier de 70 ans qui a vu le ver dans les années 1950 alors qu’il cherchait des chameaux perdus. Sa description correspondait à celle de Luvsandorj. Brun, deux pieds de long et avec des écailles de serpent. Il avait entendu dire que le ver était dangereux, alors il s’est enfui. La rencontre a eu lieu en juin. Il nous a également parlé d’un homme qui avait mis un ver tueur sur une plaque de fer, qui était devenue verte. Un autre homme qu’il connaissait avait enveloppé un ver mort dans trois couches de feutre. Le ver s’est recroquevillé comme un morceau de cuir et le feutre est devenu vert. Les deux incidents avaient eu lieu il y a longtemps, et aucun reste n’avait été sauvé. Plus tard dans la journée, nous avons vu un groupe de rares ânes sauvages de Mongolie (Equus hemionushemionus), galopant à travers l’horizon poussiéreux.

vue d’artiste du ver tueur de Mongolie

Nous étions maintenant entrés dans le Gobi proprement dit. Nous avons établit le camp dans une vallée rocheuse. Deux hommes sont entrés dans le camp le lendemain matin et se sont présentés. L’un était un garde forestier grisonnant, l’autre un jeune homme aux dents dorées proéminentes nommé Nyama. Ce dernier avait vu le ver de la mort à pas moins de trois reprises.

Le premier était en 1965 quand il a vu la tête de la créature (vraisemblablement) dépasser d’un trou dans le sable. L’année suivante, il a vu un spécimen en train d’avaler une souris. Enfin, il a en fait tué un ver – en 1972 – en lui jetant une pierre. Des scientifiques russes qui s’étaient rendus dans la région pour étudier les serpents ont emporté le corps qui doit probablement avoir été oublié jusqu’à  ce jour dans le sous-sol d’ un musée russe.

Nyama a déclaré que le ver mangeant la souris était gris et mesurait 30cm de long. Les deux autres étaient marron. Celui qu’il a tué mesurait entre 40  et 60cm de long. Ils se déplaçaient avec un mouvement de chenille. Les observations ont eu lieu dans un endroit appelé Dun-dus. Il a également entendu parler d’un ver mortel tuant un enfant en crachant du venin, mais n’a pas pu le confirmer.

Le garde-parc et sa famille vivaient dans un gur voisin. Sa femme avait vu le ver il y a tout juste trois ans dans une zone proche de la frontière chinoise. Il nous a invités dans son gur pendant que nous attendions sa femme. Il avait une collection impressionnante de chèvres et d’énormes chiens de garde à l’air sauvage. Malgré une démonstration intimidante d’aboiements, les chiens étaient en fait assez amicaux. J’ai trouvé que c’était le cas dans toute la Mongolie.

Il nous a offert un verre de lait de chamelle fermenté pendant que nous attendions. Il avait le goût d’un yaourt pétillant et alcoolisé. Cela changeait bien du thé salé et j’en ai bu deux bols, une imprudence que je regretterai plus tard.

Lorsque Sukhee, sa femme, est arrivée, elle a accepté de nous emmener à l’endroit où elle avait vu la créature et est restée avec nous pendant plusieurs jours de chasse.

Comme nous étions près de la frontière chinoise, nous avons été arrêtés à plusieurs reprises par des gardes aimables mais armés de Kalachnikov qui ont vérifié nos passeports. On avait entendu parler de notre expédition par radio. Byamba a pointé du doigt une chaîne de collines voisine et nous a dit « Cela marque la frontière avec la Chine ». Les collines n’étaient qu’à 32 km.

Le saxaoul ( Haloxylon ammodendron) plonge ses racines jusqu’à 30m de profondeur pour trouver de l ‘eau

Le sol était maintenant sablonneux et plein de terriers de rongeurs. Une forêt basse de saxaoul s’est développée. Alors que nous nous promenions dans les bois rabougris, Sukhee a vu quelque chose et a commencé à creuser. Elle a retiré du sol une racine laide jaune clair. Il avait une apparence cireuse et était couvert de pointes molles. C’était la racine de la plante goyo et très appréciée des nomades. Nous avons partagé la racine qui avait un goût étonnamment bon, un peu comme un croisement entre la banane et le céleri.  Le goyo est-il d’origine toxique, je n’en ai aucune idée. Cela se laissait très bien manger.

Sukhee nous conduisit à l’endroit où elle avait vu l’étrange bête. Elle gardait des vaches avec son fils lorsqu’elle a vu une chose grise de plus de 50cm  ressemblant à un ver sortir d’un trou. Son fils lui a jeté une pierre et elle a glissé dans des buissons. Elle s’est enfuie. C’était en septembre et il faisait très chaud, environ 40 degrés Celsius.

Sukhee nous a dit qu’il y avait deux vers dans le désert. L’un était l’allghoi-khorkoi ou ver intestinal. L’autre s’appelait le temrenii suhl ou queue de chameau. C’était plus petit que le ver de la mort et gris plutôt que rouge-brun.

Après une exploration de la zone, nous avons décidé de faire le camp. Juste après le déjeuner, une tempête de sable particulièrement sauvage a éclaté. Il a démoli nos tentes et renversé nos tables. Nous nous sommes retirés dans la sécurité des mini-bus mais mon estomac bouillonnait bruyamment à cause du lait de chamelle fermenté. J’ai dû braver les sables brûlants et courir vers un buisson. Avoir une diarrhée explosive au milieu d’une tempête de sable n’est pas quelque chose que je voudrais répéter !

Sukhee nous a dit que la tempête durerait toute la nuit. Il était impossible de camper, alors elle nous a invités à revenir chez son gur. La famille avait deux gurs et nous a permis de dormir dans l’un d’eux.

L’ordinateur portable de Dave a suscité beaucoup d’intérêt car il avait un film en mouvement avec du son dessus. Toute la famille élargie s’est entassée dans le gur pour le voir. C’était comme un petit cinéma circulaire bondé. Beaucoup de Mongols (y compris Bilgee) n’avaient jamais vu la mer et étaient fascinés par le film de Dave.

Le lendemain, nous nous sommes enfoncés profondément dans le Gobi en direction de la gorge gelée, une rivière qui ne dégèle jamais. Nous avons visité le musée Gobi, sûrement le musée le plus reculé de la Terre (à moins qu’il n’y en ait un en Antarctique). Parmi le large éventail d’animaux empaillés se trouvait une sculpture du ver de la mort. Adam Davies avait vu et photographié cela quelques années plus tôt. Il ressemblait aux descriptions des témoins en plus d’avoir des yeux clairement visibles.

Jon Hare avec la sculpture du ver tueur dans les mains

La créature a été étiquetée comme un boa des sables tartares: Via Bilgee, j’ai demandé pourquoi. Le guide du musée a déclaré que la sculpture avait autrefois été étiquetée comme Olgoï-Khorkhoï, mais que l’étiquette était défraîchie. Il ne savait pas pourquoi il avait été rebaptisé boa des sables.

Le boa des sables tartare (Eryx tatricus) présente une légère ressemblance avec les descriptions du ver tueur. C’est un gros serpent brunâtre ou grisâtre qui peut atteindre quatre pieds de long. Le bout de sa queue est sensiblement épais. Cependant, il a une tête clairement définie et des yeux visibles. Il s’étend de la mer Caspienne à l’ouest de la Chine. Il se rencontre probablement aussi en Mongolie. Le boa des sables est un constricteur et ne produit pas de venin et donc ne crache pas.

Eryx tatricus

Nous avons campé dans une vallée pleine de pikas (Ochotona pusilla), petits lagamorphes apparentés aux lapins et aux lièvres. Le lendemain, nous partons pour les gorges. Yolyn Am est une rivière gelée. Protégé des rayons du soleil de chaque côté par des falaises abruptes de 500 pieds de haut. À une certaine époque, la rivière ne fondait jamais, même au plus fort de l’été. Mais à partir de 1980, il a commencé à dégeler en été. Peut-être est-ce un autre indicateur du réchauffement climatique.

Quand nous étions à Yolyn Am, la rivière était gelée. La glace était suffisamment épaisse pour que nous puissions conduire les minibus le long de celle-ci jusqu’à ce qu’une couche cède et engloutisse la roue arrière de celle du mini-bus dans leque je me trouvais. Nous avons dû le remorquer.

Yolyn Am

En continuant à pied, nous avons trouvé un ovoo construit sur la glace et des grottes de glace incroyables. Là où les couches inférieures de glace avaient fondu, ils ont laissé des cavernes bleues et argentées dans la rivière gelée. Nous avons rampé à l’intérieur pour regarder de plus près. Des fissures et des creux étranges avaient été creusés dans la glace par le vent.

Dans une petite grotte au bord de la rivière, Chris a laissé une géocache, un conteneur en plastique avec les détails de notre emplacement par satellite et les détails du site Web de CFZ afin que quiconque la trouve puisse entrer en contact.

Bilgee a déclaré que cette zone, un affleurement oriental des montagnes Alti, était l’un des meilleurs endroits au monde pour voir des léopards des neiges. Lors de trois de ses quatre voyages là-bas, il en avait vu un et Togoo en a également vu un tuer un mouton sauvage. Malheureusement, nous n’avons pas eu cette chance.

Nous avons rencontré un groupe d’hommes vendant des sculptures sur pierre. L’un d’eux, un homme incroyablement talentueux appelé Baiar m’a sculpté un dragon en une heure chrono.

Ce soir-là, une énorme tempête de sable a éclaté, transformant le ciel en gris rougeâtre. Décidant de ne pas camper, nous nous sommes arrêtés dans une petite ville et avons dormi dans un petit hôtel avec une électricité peu fiable et une porte qui claque constamment.

Noyon, en bas en rouge, et les autres sum de Mongolie

Dès le matin, nous arrivons à Noyon Sum. Une sum est l’équivalent mongol d’un comté britannique. Certaines sum sont de la taille de l’Ecosse. Au sum center, (la ville la plus grande et la plus importante du sum) nous avons eu une réunion avec le gouverneur de Noyon. Il n’avait jamais entendu parler du ver mortel mais avait reçu les tracts que Bilgee avait distribués. Le gouverneur a fait quelques recherches et a découvert qu’en 1955, un homme gardant des moutons était tombé sur une créature grise de 60 cm de long sans tête ni queue discernables. L’homme s’enfuit terrorisé. Il vivait maintenant à Dalanzagad.

Le gouverneur avait trouvé d’autres histoires. Son chauffeur nous a dit que dans les années 1960, sa belle-mère avait vu un ver de la mort. Il était gris clair et faisait des trous dans le sable. Elle s’enfuit. Le gouverneur avait trouvé un autre homme local nommé Damdin qui avait vu la créature en 1954-55. Il nous a donné son adresse et nous l’avons remercié chaleureusement et avons continué notre chemin.

Après un rond-point, nous avons trouvé le gur appartenant à la sœur de Damdin. Elle nous a dit que sa mère l’avait vu aussi, également en 1955. Elle avait été présente à l’observation mais était trop jeune pour s’en souvenir. Sa mère a dit qu’il mesurait 60cm de long, était brun, écailleux et aussi épais qu’un poteau de support de gur (environ 15cm). Elle nous a donné des indications pour le gur de son frère.

Nous avons trouvé le domicile de Damdin et il nous a accueillis. Il nous a dit qu’il était allé garder des chameaux en mai 1955. Vers dix heures du matin, il a vu un ver mort. Il était brun, mesurait deux pieds de long et environ deux pouces d’épaisseur. Il ne fit aucun mouvement. Il a couru prévenir ses parents et ils l’ont prévenu que c’était venimeux. Il retourna à l’endroit où il avait vu la créature, et elle était partie.

La famille de Damdin avait été si effrayée par ce que leur fils avait vu qu’ils ont emballé leur gur et ont déménagé. Il a dit que beaucoup de familles ont déménagé après avoir vu un ver mort. Il a entendu dire qu’il tuait des animaux en leur crachant dessus.

Il nous a emmenés dans la zone où il avait vu le ver. Les marques du vieux gur de sa famille étaient encore visibles dans le gravier. La zone a été très perturbée par des pistes de chameaux. Nous pensions qu’il était peu probable que le ver habite encore cette partie du désert. Un autre orage nous a obligé à passer la nuit dans le gur d’un des amis de Damdin.

Nous sommes repartis pour rester dans un autre gur plus profond dans le Gobi. Celui dans lequel nous devions séjourner était inondé mais un deuxième était disponible. Il y avait de l’eau de surface rance partout dans la région et des herbes agglomérées par du sel et à l’odeur sulfureuse.

La vallée était dominée par une ancienne tour de télécommunications de l’époque socialiste. Nous avons exploré des casernes en ruine datant de la même période. Derrière ceux-ci se trouvait un ancien temple bouddhiste avec des piliers richement sculptés, certaines des couleurs d’origine encore visibles. Le temple avait été détruit lors de la purge antireligieuse des années 1930. Ce qui restait avait été intégré à la caserne. Au fond des entrailles du temple, sous de vieux planchers, j’ai trouvé une offrande, de l’argent moisi enveloppé dans un drap bleu. Il semblait que même au plus fort du socialisme, la foi ne s’était pas totalement éteinte. J’ai ajouté un peu de mon propre argent et j’ai ré-enterré l’offrande.

Plus loin au-delà du temple se trouvait un paysage étrange, une oasis de touffes moussues, vertes et bossues qui semblaient plus irlandaises que mongoles.

Le lendemain, Bilgee a pris nos passeports pour qu’ils soient contrôlés dans une base militaire. Nous nous rapprochions de nouveau de la frontière chinoise. Il est revenu avec un colonel de l’armée mongole à la retraite appelé Hurvoo qui portait un large chapeau. Il avait autrefois été responsable d’une base appelée Ovootin Otriyad.

En 1973, il patrouillait une zone appelée Ulann Ovoo à moto. C’était en mai et au lever du soleil. Il a vu ce qui ressemblait à un vieux pneu dans le désert. C’était une sorte d’animal allongé enroulé. Sa description était maintenant familière, brune, longue de 60cm, écailleuse et en forme de saucisse. Il a dit qu’il avait vu de la lumière y jouer comme de l’électricité ou de la lumière réfléchie par un miroir. Cela pourrait bien avoir été le soleil levant se reflétant sur ses écailles. Il avait plu et le ver était mouillé.

Hurvoo l’a regardé pendant une demi-heure et il n’a pas bougé. Il est parti chercher un appareil photo mais à son retour il n’y en avait plus. Un an plus tard, un soldat rapporta qu’il avait vu un animal identique. Hurvoo a enquêté mais n’a rien trouvé. Il croyait que le ver sortait après la pluie.

Nous avons parcouru la région après nous être de nouveau enregistrés au camp militaire. Nous avons installé des pièges à seau dans les broussailles. Ceux-ci consistaient en une série de seaux coulés reliés par un filet soutenu par des entretoises. L’idée est qu’une créature heurte le filet et ne peut pas continuer vers l’avant. Ergo, il court le long du filet jusqu’à ce qu’il arrive dans un seau et tombe dedans. Ensuite, vous avez un spécimen. Nous avons également installé des pièges à petits mammifères appâtés pour voir quelles pourraient être les proies des vers tueurs dans la région.

Cette nuit-là, nous nous sommes arrêtés à la base militaire. Un orage s’est produit dans la nuit avec de fortes pluies. Le lendemain, nous nous sommes levés tôt pour vérifier les pièges. Les pièges à seau et les pièges à petits mammifères étaient vides.

Nous sommes passés à Gurantes Sum et nous nous sommes arrêtés dans un hôtel en forme d’énorme gur en béton. Nous avons eu une réunion avec le gouverneur de Gurantes, Deevat Serem qui avait distribué nos tracts dans la région. Il avait avec lui un témoin du nom de Khuuhengaa. Elle avait vu le ver dans les années 1980 quand elle était une petite fille. Elle ne se souvenait pas de l’année exacte, mais c’était en été. Elle logeait chez son grand-père qui l’appela pour le voir. Le ver mesurait 15 pouces de long, était brun et sans tête ni queue discernables. Son grand-père lui a dit que c’était venimeux et elle avait peur.

Dans l’ordre : Amphisbaena fuliginosaAmphisbaena albaBlanus cinereus (que l’on trouve notamment en Espagne) et Bipes biporus (connu pour ses membres antérieurs dotés de griffes qu’il utilise pour creuser). Crédits : B. Dupont, D.B. Provete, R. Avery et M. Harms. Source :blog Fish dont exist

Deevat nous a parlé d’une autre observation qui s’est produite l’année dernière. Un homme coupait des roseaux dans une oasis appelée Zulganai. Un homme coupant de l’herbe a soulevé le ver au bout d’un bâton et l’a jeté. Un autre homme avait vu le ver dans la même oasis et a affirmé qu’il pouvait identifier ses traces et ses terriers. Deevat était sûr que le ver existe et nous a dit que de nos jours on le voit moins souvent. Ce n’est pas parce que c’est de moins en moins courant, mais les gens voyagent maintenant à moto plutôt qu’à cheval ou à dos de chameau. De plus, les gens se déplacent vers les villes, et les zones de résidence sédentaire plutôt que de se déplacer comme avant. Par conséquent, le ver de la mort est rencontré moins souvent. Nous avons identifié trois oasis qui, selon nous, pourraient être des endroits prometteurs à regarder étant donné que le ver mortel a été trouvé près de l’eau. Il pensait que les dragons vus dans les puits n’étaient que des métaphores de l’eau empoisonnée ou des moyens d’empêcher les gens de boire de la mauvaise eau.

Le matin nous retrouvons de nouveau la piste. Nous avons essayé de localiser l’homme qui pouvait identifier les traces de vers tueurs, mais il n’était pas chez lui. Nous avons trouvé le gur de Batdelger, l’homme qui avait vu le ver en 2004 à Zulganai. Sa femme et son fils ont également vu la créature. Ils coupaient l’herbe pour nourrir le bétail à l’époque. Sa description différait légèrement des autres. Le ver qu’il a vu mesurait 45cm de long et était brun. Il avait une tête carrée et ce qui ressemblait à de grands yeux, mais ceux-ci faisaient peut-être partie d’un motif sur la peau.

Il ne pensait pas que c’était un serpent car il était trop épais. Son fils souleva le ver sur une branche et le jeta. C’était très lourd.

Nous avons passé la nuit dans un gur appartenant à la famille de l’ancien gouverneur local. Le lendemain, nous avons parlé avec sa femme qui avait vu un allghoi-khorkoi en 1957 dans une zone proche de la frontière chinoise, près de l’endroit où le colonel Hurvoo l’avait vu. Encore une fois, notre suspect mesurait 45cm de long, était brun et n’avait ni tête ni queue claires.

L’ex-gouverneur lui-même nous a parlé et nous a dit qu’il connaissait un homme qui avait vu trois grands serpents il y a quelques années. Le plus gros mesurait six pieds de long et avait une tête en forme de mouton. Il était orné de 3 cornes.

Il existe des serpents à cornes connus de la science. Ils comprennent la vipère rhinocéros (Bitis nasicornis) et la vipère cornue (Cerastes cerastes). Les cornes sont en fait des écailles modifiées. Cependant, aucun n’est connu de Mongolie et aucun n’atteint 1m80 de long. Nous n’avons pas pu localiser le témoin.

Un long trajet ennuyeux a suivi. Enfin, nous sommes arrivés à une zone de falaises et de mesas spectaculaires. Cela ressemblait à de gigantesques flammes pétrifiées. Entre ces édifices spectaculaires se trouvait Wall Canyon ou Zuun-Mad, la première de plusieurs oasis que nous avions l’intention de visiter.

Les falaises enflammées
Dr Chris Clark, devant les falaises enflammées

L’eau avait creusé des falaises basses mais abruptes dans le grès. Un ruisseau les traversait entouré de peupliers, saxaul, tamaris et autres plantes. Nous nous sommes séparés pour explorer et j’ai suivi le chemin que l’eau avait coupé dans une étroite vallée latérale escarpée. Un hibou des marais (Asio flammeus) a surgit comme une balle d’un buisson à environ 1m50 de distance, me faisant sauter hors de ma peau.

Plus tard, nous avons à nouveau installé le seau et les pièges à petits mammifères. La nature physique de l’oasis avec ses flancs escarpés rendait le plan de barrage impraticable. Au crépuscule, la couleur des rochers changeait de teinte sous votre regard. C’était un spectacle spectaculaire qui ressemblait plus à des effets spéciaux qu’à un événement naturel.

Nous avons décidé d’explorer Wall Canyon après la tombée de la nuit et de partir avec des torches. Le faisceau de Dave a repéré une paire de grands yeux verts lumineux. Nous avons essayé de regarder de plus près, mais leur propriétaire avait disparu.

Au point du jour, nous avons examiné les pièges. Hormis les hordes de fourmis, elles étaient vides. Nous avons tous revu la chouette. Les hiboux des marais, contrairement à la plupart de leurs parents, chassent souvent en plein jour. L’énigme des yeux verts fut résolue cette nuit-là. Ils appartenaient à un gecko scinque de Przewalski (Teratoscincus scincus). Nous avons vu des dizaines de ces jolis petits lézards, leurs yeux démesurés brillants de vert dans la nuit. Nous en avons attrapé plusieurs. Leurs yeux lumineux donnent l’illusion d’une créature beaucoup plus grande.

Un des geckos scinques capturés

Le lendemain, nous avons continué. Une autre route épique nous a amenés à la plus grande collection de végétation que nous ayons vue dans tout le Gobi, l’oasis de Zulganai. Il s’agissait d’une marche d’un kilomètre de long avec des falaises abruptes d’un côté et une pente plus douce de l’autre côté. Elle était remplie de roselières hautes comme un homme. À une extrémité, une étroite bande boisée a poussait et un deuxième bassin plus petit. Le cours d’eau a continué pour se perdre dans le désert. De gros taureaux aux cornes sauvages sautaient dans les roseaux, ajoutant un peu de piquant supplémentaire à l’exploration.

Oasis de Zulganai

Nous sommes descendus dans les roselières. Il y avait beaucoup d’oiseaux, notamment des grues demoiselle (Grus virgo), des spatules (Platalea leucorodia) et des cigognes blanches (Ciconia ciconia). Et les étranges fleurs du goyo qui sortent de terre. Celles-ci sont constituées de bourgeons rougeâtres et phalliques qui produisent des masses de minuscules fleurs violettes et bleues. Ils ressemblent un peu à des lupins.

Nous avons fait le camp et pendant que le dîner se préparait, nous avons regardé un tourbillon se former au loin. Il avait commencé comme rien de plus qu’un diable de poussière mais a rapidement pris de l’ampleur. Nous l’avons regardé avec intérêt en le filmant alors qu’il se rapprochait lentement et augmentait sa taille et sa puissance.

le « diable de poussière »

Autre tourbillon observé par l’expédition

Il s’est approché de la vallée et était sur nous en quelques secondes. Hurlant comme un djinn en colère, il devasta le camp, déchirant les tentes et lançant le dîner aux quatre vents. J’ai été claqué contre l’un des minibus et je me suis retrouvé dans l’œil du twister. Togoo a été empêtré dans les restes d’une tente et traîné dans le désert.

Puis, aussi rapidement qu’il était venu sur nous, il disparut, balayant les plaines poussiéreuses et jusqu’à l’horizon.

Le camp avait été totalement détruit et la nuit tombait. Nous n’avions pas d’autre choix que de conduire 75 km jusqu’à Gurantes et de passer la nuit dans le gur de pierre. C’était comme si le désert ralliait ses forces contre nous, jaloux de ses secrets.

La nuit, au bivouac

Nous avons roulé jusqu’à la troisième oasis, Hermen Tsav le lendemain matin. C’était un petit bois de peupliers. C’était beaucoup plus sec que les autres et beaucoup plus utilisé par les humains. Un corral d’animaux avait été érigé au centre de celui-ci. Il y avait peu d’animaux sauvages. Heureusement, nous avions des tentes de secours.

Cette nuit-là, Tulgar a lourdement battu Jon et moi à la lutte mongole et Bilgee nous a raconté une étrange histoire à propos d’un gur hanté. Dans les années 1970, un sombre journal socialiste rapportait qu’un géologue russe avait été attaqué par un fantôme dans un gur vide. Les gurs qui ne sont pas utilisés sont souvent approvisionnés en carburant, en nourriture et en eau pour que les autres voyageurs puissent en profiter. Dans un pays aussi inhospitalier que la Mongolie, c’est une nécessité plutôt qu’une gentillesse.

Le géologue et un collègue séjournaient dans un tel endroit une nuit. Ils jouaient aux cartes. Le géologue leva les yeux pour voir le loquet intérieur de la porte tourner et s’ouvrir tout seul. Son ami ne parut pas s’en apercevoir. Une femme en deel rouge (un long et lourd manteau mongol) entra et tenta de l’étrangler. Son compagnon était inconscient. Il a finalement réussi à renverser la table de jeu où le fantôme a disparu et son ami a levé les yeux.

Le matin, nous sommes retournés à la deuxième oasis d’où le vent nous avait chassés. En explorant la deuxième plus petit bassin, nous avons découvert les traces de plusieurs loups allant et venant de la source d’eau. Nous avons suivi les pistes et le ruisseau qui alimentaient l’oasis dans le désert. Nous avons essayé de trouver sa source mais il s’est perdu parmi les sables sans piste et nous étions pressés par le temps.

Nous avons trouvé un autre bassin plus petit qui dégageait du méthane et  des odeurs nauséabondes. Cet après-midi-là, Bilgee a découvert que l’un des vans avait un essieu gravement endommagé et qu’il devait être conduit à la ville la plus proche (Sevree Sum) pour des réparations.

Le lendemain, nous avons pris le long trajet ennuyeux jusqu’à Sevree Sum. Nous avons vu une tornade sur le chemin qui a éclipsé celle qui a détruit notre camp. Nous l’avons filmé à distance cette fois.

Quand nous sommes arrivés en ville, nous nous sommes installés dans un petit hôtel. La propriétaire matrone nous a préparé de délicieuses boulettes de viande. Le gouverneur avait entendu parler de notre arrivée et nous a invités dans son gur. Son nom était Tserendorj et son hospitalité nous a submergés. Il nous a dit qu’il était ravi que nous lui rendions visite et qu’il ne pensait pas que des scientifiques étrangers seraient du tout intéressés à le rencontrer. Il semblait penser que nous étions bien plus importants que nous ne l’étions en réalité.

Tserendorj était une mine d’informations et avec ses amis et sa famille, nous avons consommé beaucoup de vodka au cours d’une soirée fascinante. Il raconta l’histoire d’un vieil homme qui avait vu le ver en 1957 dans une région du Gobi aujourd’hui propriété de la Chine. Cela ressemblait à une longueur d’intestin rempli de sang. Le même vieil homme a entendu parler d’un homme qui l’a poussé avec un aiguillon à cheval et l’extrémité de l’aiguillon est devenue verte. Le cheval et le cavalier sont morts. Cela rappelle les histoires du basilic dans l’Europe médiévale. Un autre homme l’avait vu dans les années 1950. Il a glissé sous un rocher et le témoin lui a jeté une pierre. Le ver recula sous le rocher.

Tête et crâne, parfaitement adapté pour creuser, de l’amphisbène Leposternon microcephalum. Crédits : Harvard College et J. Maisan

Le gouverneur nous a présenté un homme de 93 ans dont le grand-père avait vu le ver au XIXe siècle dans l’oasis que nous venions de quitter. Il pensait que l’utilisation de véhicules motorisés et la population se déplaçant vers les villes étaient la raison pour laquelle le ver tueur était désormais moins souvent vu.

Il n’a pas du tout accepté l’idée que les dragons bien vivants étaient des métaphores de la mauvaise eau. Il a insisté sur le fait qu’ils étaient de vraies créatures (et je suis enclin à être d’accord avec lui). Il nous a parlé d’un médecin d’Oulan-Bator qui avait vu une telle créature dans un puits l’année dernière. Cela s’était produit à Bulgan Sum. Le médecin a décrit ce qui ressemblait à un dragon chinois à écailles vertes enroulé au fond d’un puits. Naturellement, il a été choqué. Ce n’était pas un nomade ou un paysan mais un homme instruit.

Le gouverneur avait également parlé à un homme qui avait vu un serpent à cornes dans sa jeunesse. Il mesurait près de 2m de long et arborait deux cornes.  Cela ne semblait pas agressif et il jouait avec.

Des années plus tard, la femme de l’homme est décédée après une maladie de cinq ans. Un chaman lui a dit que c’était parce qu’il avait touché la créature sacrée de Dieu dans son enfance.

Le gouverneur nous a invités à revenir l’année prochaine pour participer aux célébrations du 80e anniversaire de son sum.

Le lendemain, nous reprenions la route. Nous nous sommes arrêtés à Bulgan Sum mais nous n’avons malheureusement pas pu localiser le médecin. Une belle adolescente vendait des pierres inhabituelles qu’elle avait trouvées dans le désert. Je lui ai apporté quelques morceaux de bois pétrifié.

Ce soir-là, nous avons visité les célèbres falaises enflammées où le professeur Roy Chapman Andrews avait découvert les premiers nids et œufs de dinosaures dans les années 1920. Nous nous sommes arrêtés dans un camp de vacances voisin composé de rangées de gurs.

Dragon mongol représenté sur un traité d’astrologie thibétain

 Les deux jours suivants ne furent rien d’autre qu’un voyage de retour ennuyeux vers la capitale. Nous avons eu un bref aperçu d’un monastère bouddhiste qui avait échappé à la purge anti-religieuse de l’époque socialiste en devenant un entrepôt. Une fois que la Mongolie a rejeté le communisme, le temple a rouvert. Il y avait des sculptures intéressantes de démons. Avant l’avènement du bouddhisme, les Mongols étaient animistes. Lorsque le bouddhisme est arrivé, il a absorbé les anciens dieux animistes. Cela les a transformés en démons mais convertis au bouddhisme et en féroces et zélés gardiens de la foi.

Dragon peints sur des panneaux du monastère mongol Erdene Zuu

Nous avons contacté Byamba et lui avons demandé s’il pouvait essayer de contacter le médecin qui avait vu le dragon ou connaître son adresse à Oulan-Bator.

Nous avons passé une journée dans la vallée du «chocolat fondu». Dave a failli se faire blesser gravement en escaladant une montagne.

Enfin, nous sommes rentrés à Oulan-Bator et nous sommes retournés à l’hôtel Marco Polo. Les deux jours suivants ont été consacrés aux magasins, aux musées et aux temples. Nous avons visité la bibliothèque pour voir si nous pouvions trouver des informations sur le ver mortel. Ils n’avaient rien sur le ver mais un énorme bloc de pierre finement sculpté en dragons entrelacés. Il reposait formellement sur un autre bloc sur lequel avait été gravé une écriture non traduite. Il avait été trouvé dans le désert quelques années auparavant.

Nous n’avons pas eu de chance dans la mesure où cette nature était contre nous. Le mois de mai 2005 a été plus froid et venteux que la norme. Nous comptons y retourner un jour par temps plus clément.

Byamba essaie toujours de retrouver le médecin qui a vu le dragon. Jusqu’à présent, il n’a pas eu de chance.

Je crois que le ver tueur  est l’une de ces deux choses. Il pourrait s’agir d’un lézard ver ou d’un amphisbène, un groupe de reptiles fouisseurs primitifs qui ne sont pas des vers, des serpents ou des lézards, mais sont apparentés aux deux derniers. Peu étudiées, on sait peu de choses sur ces créatures, mais elles ressemblent aux descriptions du ver tueurt. En effet, ils tirent leur nom d’un serpent légendaire, l’amphisbène qui avait une tête à chaque extrémité de son corps.

Relations phylogénétiques simplifiées, d’après la publication de Reeder et al. 2015.

Une autre possibilité est qu’il s’agisse d’une espèce inconnue de boa des sables, un serpent en forme de saucisse que l’on trouve souvent dans les climats arides.

Ni les lézards ni les boas des sables ne sont venimeux, mais d’étranges croyances peuvent naître autour de créatures inoffensives. Au Soudan, les indigènes croient que le boa des sables est si mortel qu’il suffit de le toucher et que le venin traversera votre peau et vous tuera. Ils appellent le boa des sables l’apris et en ont très peur malgré le fait qu’en réalité il est inoffensif.

Il pourrait bien y avoir une espèce de serpent cornu en Mongolie probablement une forme de grande vipère. Quant aux dragons, eh bien l’accumulation internationale massive d’observations et de folklore m’a convaincu de leur existence il y a longtemps.

J’ai envoyé par e-mail à Byamba des photos de vers à pattes et de boas des sables pour les montrer aux témoins avec lesquels il s’entretient. Peut-être qu’ils verront quelque chose qu’ils reconnaissent. Pour l’instant le vent hanté du Gobi garde ses secrets.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est rich.jpg

Richard Freeman, membre éminent du Center for Fortean Zoology, il est la définition même du cryptozoologue : un passionné, un aventurier, un écrivain, un libre-penseur, quelqu’un qui consacre sa vie à enquêter sur les mystères du monde animal, aux quatre coins du monde. Son dernier ouvrage est disponible notamment ici.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.