Expédition Anaconda

par Richard Freeman

L’idée de cette expédition du Centre for Fortean Zoology est née à la lecture d’un paragraphe de l’excellente Encyclopaedia of Cryptozoology de Michael Newton sur le crypto-tourisme. Il a mentionné une entreprise appelée «Visites culturelles guidées» qui proposait des expéditions à la recherche d’anaconda géants en Guyane.

J’ai contacté Damon Corrie qui a organisé ces « visites culturelles guidées ». L’entreprise s’est spécialisée dans la promotion du Guyana authentique des peuples autochtones. Damon lui-même est un chef des Amérindiens Arawak du Clan de l’Aigle. En plus d’être une figure très respectée des peuples autochtones, c’est un également défenseur de l’environnement qui élève et étudie les reptiles et les invertébrés guyanais.

Damon m’a dit que l’année précédente, dans une piscine naturelle isolée connue sous le nom de Corona Falls, un anaconda gigantesque avait été vu. Il avait parlé avec les chasseurs qui avaient vu la bête. Ils lui ont dit qu’il était si grand qu’ils en avaient eu peur et ont fui. Lorsqu’il a demandé quelle était la taille du serpent, l’un des hommes a pointé du doigt un palmier de 10 mètres. Il a dit à Damon qu’un tronc d’arbre de la même taille gisait dans l’eau. L’anaconda rampait dessus et sa tête et sa queue s’étendaient au-delà des extrémités de l’arbre. Cela ferait le serpent d’environ 15 mètres de long.

Corona falls, est un site important pour les amérindiens, en témoignent de nombreux pétroglyphes.

Un anaconda de taille respectable

Damon a également mentionné le di-di, une grande créature velue apparemment semblable au yéti ou sasquatch vu en Guyane et aussi des histoires plus vagues de dragons qui habitent les montagnes.

Le CFZ a décidé de monter une expédition en novembre 2007 à la recherche de ces créatures.

Pour la toute première fois, nous avons pu obtenir des fonds. Sam Brace, qui travaillait pour la société de jeux vidéo Capcom, a lié notre expédition à la sortie du jeu de Capcom «Monster Hunter Freedom». Capcom a gentiment fait don de 8000 £ pour le projet.

En plus de moi, l’équipe comprenait le Dr Chris Clark et Jon Hare qui avaient participé à plusieurs expéditions passées et Paul Rose alias M. Biffo. C’était la première excursion de ce genre pour Paul. Il est écrivain pour télévision, auteur et surtout l’homme derrière le tristement défunt magazine de jeux vidéo Digitiser diffusé sur sur télétexte jusqu’en 2003.

Nous avons été accueillis à l’aéroport de Georgetown par Damon qui nous a emmenés dans son village natal de Pakuri. Ce fut un trajet long et cahoteux en camion jusqu’au village. Pakuri est également connu sous le nom de Mission de St Cuthbert mais Damon, qui est un défenseur des droits amérindiens, encourage tout le monde à appeler le village par son nom d’origine. Il tire son nom de l’arbre Pakuri. Damon nous a montré le dernier arbre de ce genre dans la région, les autres ayant été abattus depuis longtemps. J’ai mis un point d’honneur à appeler toujours le village Pakuri car je déteste les missionnaires qui détruisent la culture indigène avec des discours pernicieux.

Le village de Pakuri

Pakuri semblait être une communauté contente et stable, contrairement à Georgetown, sale et criminelle. Nous avons nagé dans une crique voisine. L’eau était tachée de rouge par les tanins  des plantes le long de ses rives. Une fois plongé dans les eaux couleur de vin, cela donnait l’illusion de rendre votre peau rouge. Damon nous a dit que de petits caïmans et anaconda étaient parfois vus dans la crique, mais heureusement, le tristement célèbre vers microscopique candiru, terreur des parties génitales (Vandellia beccarii) était absent de ces eaux.

Pendant notre séjour à Pakuri, on nous a raconté une rencontre avec un di-di survenue seulement deux ans auparavant. Cela s’est produit dans un autre village amérindien à environ 10km au nord de Pakuri. Deux enfants, un garçon et une fille d’environ 12 ans, rentraient de l’école à pied à travers la savane. Ce que le garçon a décrit comme un «homme poilu énorme» est sorti d’un peuplement d’arbres et a attrapé la fille. Elle n’a jamais été revue. Il n’y a pas eu d’enquête policière. Cela n’est pas surprenant car le gouvernement de la Guyane semble se soucier très peu de sa population autochtone.

Un homme de Pakuri avait aussi vu un di-di de dos alors qu’il s’éloignait de lui plusieurs années auparavant. Malheureusement, il n’était pas dans le village à l’époque, nous n’avons donc pas pu l’interroger.

Epicrates cenchria

Damon nous a montré un boa arc-en-ciel (Epicrates cenchria) qu’il avait capturé. Il était d’une couleur rouillée que je n’avais jamais vue auparavant. On nous a également montré une nouvelle espèce de scorpion de couleur verte découverte par Damon. Il était si nouveau qu’il n’avait pas encore été officiellement décrit ni baptisé scientifiquement.

Le beau-frère de Damon, Foster, nous a raconté qu’il y a plusieurs années, dans un cours d’eau à quelques kilomètres du village, il avait vu la piste d’un gros anaconda. À en juger par sa largeur, sa taille devait bien excéder les 6 mètres du Boa empaillé exposé au musée national de Georgetown.Nous sommes retournés dans les environs désagréables de Georgetown pour prendre un bus à l’intérieur des terres pour Lethem, lieu où l’expédition proprement dite commencerait.

Les rumeurs au sujet d’anaconda mesurant 10, 20 ou 30 n’ont jamais cessé, l’un des premier témoignage émane du Colonel Percy Fawcett en 1907 :

« Nous dérivions facilement sur le courant lent non loin de la confluence du Tigor et du Rio Negro, presque sous la proue, apparurent une tête triangulaire et plusieurs centimètres de corps ondulant. C’était un anaconda géant. Je bondis vers mon fusil alors que la créature commençait à remonter la rive, prenant à peine me temps de viser, de viser, je lui ai logé une balle explosive de .44 dans sa colonne vertébrale, 3 pieds sous la tête.

Aussitôt, il y eut une vague d’écume et plusieurs coups lourds contre la quille du bateau. Nous avons débarqué et avons approché la créature avec précaution. Autant qu’il était possible de le mesurer, une longueur de 15m était hors de l’eau et 3m50 dans l’eau, soit une longueur totale de plus de 18m. Son corps n’était pas épais, pas plus de 30cm de diamètre, mais il avait probablement été longtemps sans se nourrir.

Quand le car est arrivé à la petite gare minable, nos cœurs sont tombés. C’était comme s’il était tenu par la rouille. Je doutais sérieusement que le véhicule malodorant puisse faire le trajet de 12 heures. Les sièges étaient terriblement inconfortables et la seule climatisation était les fenêtres ouvertes. Il s’est avéré que j’avais raison à propos du bus et il est tombé en panne comme prévu. Nous avons attendu quatre heures et demie pour qu’un remplaçant arrive. Heureusement, c’était un peu plus confortable, mais cela n’a pas empêché ce bus de tomber en panne lui aussi pendant un certain temps.

Nous avons traversé les terres agricoles, la jungle profonde et enfin les prairies. Nous avons pris un ferry sur le fleuve Essequeibo, le plus grand de Guyane. Damon nous a dit qu’il y avait des îles dans les parties plus larges qui étaient plus grandes que la Barbade!

Nous avons rencontré une sympathique américaine nommée Rhiannon sur le ferry, elle faisait du bénévolat et elle était dans le pays depuis plusieurs mois.

Une fois arrivés à Lethem et avons pris un camion sans toit pour aller dans la savane. Sur le chemin, nous avons vu de nombreux oiseaux tels que caracara, aigrettes et jabiru. Le paysage était très clairsemé d’arbres mais parsemé de termitières qui ressemblaient en tout point à des arbres de Noël construits en boue. Nous avons atteint le petit village de Toka où nous avons pris d’autres guides et porteurs ainsi que plusieurs adolescentes qui devaient cuisiner et laver pour l’expédition. Nous sommes alors partis vers le village de Taushida.

Autour de Taushida

Malheureusement, nous étions en randonnée à midi, quand le soleil était le plus féroce. La chaleur sur les prairies de Guyane était assez différente de tout ce que j’avais jamais rencontré auparavant. En comparaison, la chaleur de l’Afrique de l’Ouest ressemblait à une froide journée d’hiver. En Indonésie et en Thaïlande, il y avait de l’ombre, c’est une denrée qui fait défaut dans cette partie du monde. La chaleur incessante et le manque d’ombre m’ont gravement affecté et j’ai souffert d’insolation. Plusieurs fois je me suis effondré sur le chemin de Taushida. Les six milles ressemblaient plus à soixante. J’ai dû prendre beaucoup de repos mais pendant l’un de ceux-ci j’ai vu un colibri à portée de main.

Un guide, Joseph, m’a dit qu’un di-di avait été vu dans la région. Cela ressemblait à un énorme homme blanc couvert de cheveux. Il avait été vu en train de regarder à travers un buisson dans les montagnes. Quand je suis enfin arrivé, j’ai pu me laver dans un ruisseau près du petit village. Cette eau fraîche était bénie. Nous nous sommes détendus pendant que de minuscules poissons ciclidés (probablement le tétra Exodon paradoxus à dents noires) grignotaient nos orteils. Cette nuit-là, alors que nous campions dans le village, un feu de brousse a éclaté de l’autre côté de la crique. Il ressemble à un serpentant dans la nuit comme une salamandre maléfique . Heureusement, les flammes ne se sont pas propagées au-dessus de l’eau pour menacer notre camp. Damon nous a raconté que quelques semaines auparavant, il avait vu d’étranges lumières dans le ciel au-dessus des montagnes.

Une lumière qui ressemblait à une étoile brillante était apparue et apparemment divisée en plusieurs lumières plus petites. Ils étaient restés visibles pendant un certain temps. L’endroit pourrait-il être une zone d’observation de météorites? Alors que je réfléchissais à la question, un météore a traversé le ciel, s’enfouissant dans l’atmosphère aucunement perturbé par la pollution lumineuse.

Malheureusement, on nous a dit que Corona Falls était à 110 km à vol d’oiseau! Il n’y avait aucun moyen de marcher par terre dans la chaleur. Cela signifierait marcher près de 50 km par jour aller-retour. 10km nous avaient presque tués. Nous avons pensé louer un hélicoptère à notre retour à Lethem. Mais en attendant, il y avait beaucoup à voir dans les environs immédiats. Dans la matinée, nous nous sommes levés tôt pour gravir la montagne Makuzi. Cinq ans plus tôt, un chasseur du nom de Moses Iza était tombé sur une étonnante découverte de squelettes hiumains dans une minuscule grotte au sommet de la montagne. Dans le climat plus frais du matin, la montée était relativement facile. Les restes reposaient dans une grotte peu profonde où Moses nous a memené. La dispersion de roches plates suggérait que l’entrée aurait pu autrefois être couverte. Ils étaient dans un grand pot en terre. Il y avait un crâne entier d’un garçon entre 9 et 12 ans ainsi que les mâchoires et les côtes d’un homme adulte. Les côtes et les mâchoires étaient dans un plus petit récipient dans le grand pot. Il y avait aussi des petites perles et une dent qui avait un trou, suggérant qu’il s’agissait peut-être d’un collier. Damon ne savait pas exactement l’âge des restes. Ils auraient pu être précolombiens, vieux de plus de 500 ans ou aussi récents que la fin des guerres amérindiennes il y a environ 100 ans.

Un des crânes trouvés dans la grotte

Nous avons tous pris une bouffée de cigarettes (malgré le fait que tout le monde, sauf Chris, était non fumeur) car c’était une coutume, afin de montrer du respect aux morts. Le vieil homme était manifestement quelqu’un d’important pour que sa dépouille ait été enterrée dans un endroit aussi important. C’était peut-être un chamane ou un chef. Le garçon était peut-être un sacrifice. En résumé, nous n’en savons rien. Moses a raconté qu’un di-di avait été vu en train de traverser la montagne il y a environ dix ans.

Un autre guide, un chasseur local nommé Kenard Davis nous a raconté une histoire que son père lui avait confiée. Cela s’est produit dans les années 1950. Un homme chassait et rentrait chez lui par les montagnes. Traverser directement le col de la montagne était plus rapide que de marcher tout autour. Il tenait deux oiseaux sauvages qu’il avait tués, un dans chacun d’eux. Alors qu’il s’approchait du sommet de la montagne, il leva les yeux et vit un énorme homme velu endormi dans les arbres. Il semblait utiliser les vignes comme un hamac. L’homme était si effrayé qu’il a couru jusqu’au pied des montagnes en serrant toujours les oiseaux. De retour dans son village, il est tombé malade et a cru que le di-di lui avait jeté un sort. Il consulta un chaman qui, une fois en transe, pu contacter le di-di. Le chaman lui a dit que l’homme mourrait de peur. Les di-di vivaient sur la montagne, ils avaient une famillequi vivait dans les montagnes voisines. Ils n’ont jamais fait de mal aux gens. Kenard n’avait jamais vu de di-di lui-même mais il nous a parlé d’une étrange créature qu’il avait rencontrée. Jusque dans les années 1970, un petit pygmée à face rouge était bien connu dans la région. Il était sans poils, nu, à la peau brune et mesurait environ 3 à 3,5 pieds. Il avait un visage peint en rouge et arborait toujours un sourire étrange. Il sautait hors des buissons en souriant aux passants et leur faisait peur, bien qu’il n’ait jamais fait de mal à personne. L’oncle de Kenard avait une moto et le petit homme au visage rouge sautait souvent à l’arrière et se laissait promener. Il descendait toujours au même endroit, là où l’oncle de Kennard pensait être sa maison. Selon Damon, les gens lui ont laissé des cadeaux, comme du tabac.

L’ouakari chauve (Cacajao calvus) est une espèce de singe chauve avec un visage rouge caractéristique. Il vit dans les forêts marécageuses au Brésil, au Pérou et en Colombie.

La nourriture de l’expédition était généralement bonne. Nous avons dîné sur du poulet, du riz, du poisson et du manioc. (Manihot esculenta) qui est une source majeure de glucides. Les autochtones le déchiquettent puis le fument pour éliminer les toxines. Il est pressé à travers un tube en osier puis séché et pilé en une forme granulée. Le manioc est remarquablement copieux. Une petite portion peut vous permettre de continuer pendant une journée entière. Il peut être consommé sous une forme molle qui s’apparente à la semoule ou sous une forme granulaire dure qui n’est pas sans rappeler le granola. Sous ces deux formes, il est tout à fait acceptable. . Cependant, lorsqu’il est transformé en pain de manioc, il a le goût et la texture de l ‘aggloméré.

Plus tard dans la soirée, le soleil devenant moins féroce, nous avons voyagé dans la direction opposée pour visiter le rocher de Tebang. C’était un pilier rocheux de 30 pieds de haut qui se dans la savane. Kenard nous a parlé de Tebang. C’était un petit homme qui se promenait la nuit en touchant des enfants pour transmettre des maladies. Une fois que l’enfant avait succombé, Tebang fabriquait une flûte avec ses os et en jouait au sommet de son rocher. Il était toujours censé être vu la nuit de pleine lune, sifflant et tremblant. Il semblait être totalement différent du pygmée au visage rouge que Kennard avait mentionné précédemment. La description duTebang rappelle le maléfique Tokoloshe d’Afrique du Sud.

Il y avait une autre montagne mystérieuse dans la région. Damon a appris par un homme qui l’escaladait qu’il fut presque aspiré dans une grotte près du sommet, par un dragon. Il n’a pas vu le dragon mais une grande force de succion est sortie de la bouche de la grotte et l’a presque attiré. Damon pensait que la force aurait pu être le vent soufflant à travers la montagne si elle était creuse ou avait un réseau de grottes. La grotte aurait pu agir comme une soufflerie dans les bonnes conditions. D’où vient l’idée d’un dragon est inconnue, il y a des immigrés chinois en Guyane mais ils sont peu nombreux. Leur culture aura-t-elle pu atteindre ces régions éloignées? Comme je l’ai expliqué dans la série d’articles A la recherche des dragons vivants, le dragon est un monstre universel et ne peut pas être considéré à la légère comme un simple mythe. Comme la montagne du dragon était dix fois plus haute que la montagne où nous avions vu les reste humains, nous avons décidé de ne pas l’escalader dans ces conditions météo !

Le lendemain, nous sommes retournés à Toka. La marche s’est bien déroulée jusqu’à ce que le soleil atteigne son zénith, puis l’insolation a recommencé. Une fois arrivés à Toka, nous avons tous dormi à l’ombre pendant plusieurs heures. Sur toutes nos autres expéditions, nous avions tendance à nous lever vers 7 heures du matin, puis à marcher toute la journée jusqu’à environ 19 heures. En Guyane, nous n’avons pas pu faire cela à cause de la chaleur. Nous avons été obligés de rester aussi immobiles que possible pendant la partie du milieu de la journée à cause de la chaleur. Cela signifie que beaucoup de temps précieux a été perdu.

Nous avons attrapé un petit camion découvert et avons parcouru quelques kilomètres sur une route poussiéreuse, puis avons marché jusqu’à notre prochaine destination, Crane Pond. Ici, il y avait des anacondas. Pas des monstres comme celui de Corona Falls mais des spécimens de taille moyenne. Il serait néanmoins intéressant d’en voir un. Il faisait plus frais maintenant et en traversant la savane, nous sommes tombés sur un fourmilier géant femelle (Myrmecophaga tridactyla) avec un bébé sur le dos.

Myrmecophaga tridactyla

Le spectaculaire animal a commencé à s’éloigner de nous jusqu’à ce que Damon la pourchassât et la repousse vers nous, nous permettant de la filmer. C’était une aventure dangereuse car le fourmilier est armé de redoutables griffes qu’il utilise non seulement pour déchirer les termitières et les fourmilières, mais aussi pour se défendre contre les prédateurs. Les fourmiliers sont connus pour éventrer les humains qui les attaquent. En fait, en avril 2007, un fourmilier du zoo Florencio Varela en Argentine a attaqué Melissa Casco, une gardienne de 19 ans et l’a mortellement griffée. Nous avons eu un merveilleux film de fourmilier avant qu’elle ne galope à l’horizon.

Nous avons installé nos tentes alors que le soleil commençait à tomber. Kenard m’a dit que Crane Pond était autrefois considéré comme le repaire d’un dragon. Il y avait un vieil adage qui disait «ne dors pas trop profondément à Crane Pond ou le dragon t’ emmènera». Il a dit que dans les années 1950, lorsque l’élevage de bétail était encore une activité importante en Guyane, un groupe de cow-boys avait campé à Crane Pond pour la nuit. Pendant la nuit, ils ont entendu un énorme animal sortir de l’eau et l’ ont entendu respirer. Les cowboys ont paniqué. Certains ont rassemblé leurs chevaux tandis que d’autres tirent en vain leurs fusils dans l’obscurité vers le bruit. Ils battirent une retraite précipitée.

Le dragon aurait-il pu être un anaconda géant? Les anacondas émettent un son étrange en respirant, qui a été rapproché d’un ronflement.

Cette nuit-là, j’ai été gravement mordu par les insectes. Dans la matinée fraîche avant le lever du soleil, nous nous sommes réveillés et au premier jour nous sommes partis à la recherche d’anacondas. Nous avons trouvé de grands sillons remplis d’eau allant et venant du marais. C’étaient les sentiers de l’anaconda. À leur apparence, ils auraient mesuré environ 5m de long, de taille moyenne. Kenard a vu un bébé anaconda d’environ 1m20 glisser dans l’eau mais les plus gros nous ont évité.

Nous avons suivi une ligne d’arbres le long d’un ruisseau partiellement asséché mais n’avons trouvé aucun anaconda. Comme le soleil montait, nous avons décidé de retourner au camp. Kenard a voyagé plus loin dans le ruisseau à la recherche de gibier pour compléter nos rations. Il revint en traînant quelque chose dans les hautes herbes. J’ai pensé qu’il avait peut-être abattu un oiseau ou même un jeune capybarra avec son arc et ses flèches. Il avait en fait tué un petit caïman à lunettes (caiman crocodilus). J’ai toujours dit que je ne mangerais jamais de viande de crocodilien car je les aime tellement. Mais il aurait été grossier de refuser quelque chose qui avait été tué spécialement pour nous. Le caïman à lunettes n’est pas une espèce en danger et est parfois chassé pour se nourrir. Kenard avait fait une mise à mort propre, lui tirant à travers le crâne avec une flèche à pointe de fer. Cela vous a fait apprécier à quel point les crocodiliens sont durs. La pointe de flèche en fer de deux pouces avait été courbée tout autour par la peau et l’os durs du caïman.

Le soleil devenant plus chaud, nous sommes retournés au camp. Jon et Chris ont décidé de marcher avec Kenard jusqu’à un ranch à quelques kilomètres de là pour prendre de la boisson gazeuse et de l’eau. Nous avions tous bu dans des flacons qui purifiaient l’eau des ruisseaux et des étangs. L’idée de l’eau gazeuse était attrayante mais je pensais aussi qu’ils étaient tous les deux complètement fous de vouloir marcher sous le soleil flamboyant de midi pour cela.

Après leur départ, la chaleur a commencé à monter. Même les guides ont dit qu’il faisait remarquablement chaud. Le soleil était vraiment insupportable. Il n’y avait pas de répit dans les tentes car elles ne faisaient qu’aggraver la température déjà terrible. Nous avons versé de l’eau sur nos têtes, mais cela n’a fait qu’élever la chaleur pendant un court moment. Finalement, en désespoir de cause, j’ai pataugé dans un marais et suis resté sous un arbre pendant plusieurs heures. Les moustiques n’étaient rien, une légère irritation par rapport à la torture solaire que j’endurais. J’ai toujours préféré la chaleur au froid. J’ai toujours privilégié l’été sur l’hiver et le soleil sur la pluie mais ce jour-là j’ai prié pour la pluie ou même la moindre brise rafraîchissante. Maintenant que j’ai ressenti la colère de la saison sèche de Guyane, je ne ressentirai plus jamais tout à fait la même chose face au froid.

Paul a également commencé à souffrir gravement de la chaleur à ce stade. Plus tard, il a presque perdu connaissance en rangeant sa tente.

Jon, Chris et Kenard sont finalement revenus avec de la boisson gazeuse et de l’eau. C’était un vrai progrès de pouvoir avaler du liquide plutôt que d’avoir à l’aspirer d’un flacon de purification d’eau.

Ce soir-là, nous sommes allés à Cashew Pond pour tenter d’éviter les insectes. La marche était censée avoir duré 2 km, mais elle était probablement plus proche de 6 km. Le terrain était très mauvais. Le sol inégal était parsemé de morceaux de béton durs cachés par l’herbe sèche. À Cashew Pond, Damon a signalé quelques fruits de cajou. Ils poussent directement sous la noix. La noix est toxique jusqu’à ce qu’elle soit rôtie. Dans l’ouest, nous ne voyons que la noix et jamais le fruit. Les fruits jaune vif ressemblaient beaucoup au poivre mais avaient un goût de canneberge, juteux mais laissant un arrière-goût paradoxalement sec.

Cette nuit-là, nous avons rôti le caïman sur un feu ouvert. La meilleure viande était dans les pattes et la queue. Les cuisses avaient un goût de poulet tandis que la viande de la queue avait un goût de morue très savoureuse et moelleuse. De leur côté, encore une fois, les insectes ont fait de moi leur repas. En fait, nous avons tous été encore plus maltraités ici qu’à Crane Pond.

Dans la matinée, nous avons fait nos valises pour déménager à Point Ranch où nous devions être pris en charge en mini bus et ramenés à Lethem. La promenade était longue, chaude et inconfortable.

Pendant que nous attendions à Point Ranch, j’ai posé des questions sur le tigre d’eau. Un vieil homme du ranch nommé Elmo les avait vus. Il était catégorique sur le fait qu’ils n’étaient pas la loutre géante (Pteronura brasiliensis) avec laquelle il était familier. Elmo a dit que les tigres d’eau qu’il a vus ressemble à un jaguar (Panthera onca) mais chassent en meute. Il a dit qu’il y avait un «maître», peut-être un tigre d’eau, qui a envoyé les petits devant lui pour chasser sa proie. Il en avait vu tout un groupe il y a plusieurs années. Elmo a également déclaré qu’une meute de tigres aquatiques vivait sur une montagne locale. Il l’a souligné. Il n’avait pas de nom, mais on disait qu’un dragon gardait une source sur la même montagne. Elmo a dit que jamais quiconque l’ayant escaladé n’ en était revenu.

Le tigre blanc est un tigre du Bengale ou de Sibérie comportant une anomalie génétique nommée leucistisme

Kenard a confirmé que le tigre d’eau était censé être de différentes couleurs, tacheté comme un jaguar, marron et blanc avec des taches sombres.

Un autre de nos guides, Joseph, a déclaré qu’il avait vu la peau d’un tigre d’eau tué par un chasseur dans les années 1970. Il mesurait environ 3m de long, y compris la longue queue. Elle était blanche (il a comparé l’aspect à certaines vaches du ranch) et avait des taches noires. La tête était toujours attachée. Il a dit qu’il était rayé comme un tigre.

Ces descriptions, tant physiques que comportementales, ne correspondent à aucune espèce de chat connue. Nous pensions alors que le tigre d’eau pouvait en fait être une forme de mustélidé géant car certaines espèces telles que les hermines peuvent changer la couleur de leur pelage.

Joseph avait une autre histoire encore plus étrange à raconter. En 1975, un avion s’est écrasé dans une montagne dans la même chaîne que celle qui serait habitée par un dragon et une famille de tigres d’eau. Il a été payé pour monter et récupérer le corps du pilote sur le lieu de l’accident. Il a trouvé l’épave et le cadavre. Il manquait sa tête et avait été gravement brûlé. Il le récupéra et le mit dans une écharpe façonnée à partir d’une couverture et commença à descendre. Mais en descendant, il est devenu désespérément perdu. Il a erré pendant trois jours sur la montagne avant de trouver son chemin. Pendant ce temps, il a été forcé de consommer le la chair de la victime de l’accident. Il a mangé le bras du corps pour survivre.

Nous sommes rentrés en camion à Lethem. Nous avions décidé qu’aucun de nous ne pouvait supporter un autre voyage de 18 heures et plus dans un bus branlant, nous avons donc décidé de retourner à Georgetown . Nous avons réservé nos billets à l’avance sur la petite piste d’atterrissage de Lethem. Pendant notre séjour, nous nous sommes renseignés sur l’affrètement d’un hélicoptère, mais il n’y en avait qu’un dans l’ensemble de la Guyane si bien qu’il n’était pas disponible. En obtenir un du Brésil aurait signifié des jours de paperasserie. Nous avons envisagé un bateau mais Kenard a dit que la rivière était trop basse. C’était incroyablement frustrant. Le but principal de l’expédition était de rechercher un anaconda géant à Corona Falls, mais nous n’avions même pas vu un anaconda solitaire de taille ordinaire. Le fait que la « piscine » soit inaccessible était comme une carotte suspendue devant un âne. Il semblait que nous n’atteindrions pas notre objectif lors de ce voyage. Nous avons décidé d’essayer de revenir une autre fois pendant la saison des pluies et de louer un bateau ou un avion pour nous rendre à Corona Falls. Il y avait une piste d’atterrissage à seulement une demi-heure de marche de la piscine, mais aucun avion n’est actuellement disponible.

Kenard et Damon ont tous deux mentionné que lors de la construction de la piste d’atterrissage il y a plusieurs années, onze squelettes avaient été trouvés à l’intérieur de termitières. Les squelettes étaient dans des positions accroupies suggérant que les gens avaient brisé les termitières, placé les corps à l’intérieur, laissant les termites reconstruire leurs monticules autour des cadavres.

Ni Damon ni Kenard ne connaissaient de tradition dans aucune tribu amérindienne qui pratiquait de tels rites funéraires. Damon a postulé que cela aurait pu être préhistorique. Les os avaient été jetés et aucune autre recherche n’avait été effectuée.

Nous sommes retournés dans une maison d’hôtes. Le lendemain, Damon s’était arrangé pour que nous rencontrions un ancien chef de tribu qui en savait beaucoup sur les étranges créatures de Guyane.

Nous avons roulé jusqu’à ce que la savane se transforme en jungle, puis nous avons remonté un chemin tortueux dans la jungle jusqu’à une clairière près d’un ruisseau. Quelqu’un nous attendait :  un homme d’âge moyen vêtu d’un t-shirt Sideshow Bob et tenant un parang. Il s’est présenté comme se nommant Earnest. Il avait été chef de tribu jusqu’à environ 8 ans auparavant, lorsqu’il a pris sa retraite pour se concentrer sur la gestion d’une petite ferme piscicole au pied des montagnes Kanaku.

Earnest était une mine d’informations sur tous les monstres de Guyane et plus encore. Il y a environ 10 ans et à environ trois kilomètres de là, il avait vu un anaconda de 9 mètres dans une piscine. Il a dit qu’un Anglais l’avait abattu et transporté la peau en Angleterre. Si ceci est vrai, si la peau avait été réellement importée, cela aurait été fait illégalement. Il connaissait le di-di mais n’en avait pas vu lui-même. Cependant, un de ses amis, décédé deux ans auparavant, avait vu un di-di. Il avait vu une femelle allaiter un enfant dans un arbre. Il les avait observés pendant un moment avant de s’évanouir. Ensuite, il est tombé malade. Sa maladie est devenue de plus en plus mauvaise et il l’a mise sur le compte de sa rencontre avec le di-di. Il a seulement admis l’observation sur son lit de mort. Earnest a dit que la voix du di-di, comme un cri humain très fort, se faisait encore entendre de temps en temps dans les montagnes Kanaku.

Montagne Kanuku

Earnest connaissait les petits pygmées au visage rouge. Quand il avait 19 ans (il en a maintenant 59), il en avait vu un. Il était nu, à la peau brune et avait un visage rouge. Contrairement à Kenard, il a estimé que le visage rouge était un pigment naturel et non peint. Le petit homme avait pris du tabac à Earnest puis avait disparu dans la forêt. Il nous a dit que les pygmées sont plus souvent vus qu’entendus. Ils aimaient le tabac et n’étaient pas dangereux à moins d’être en colère. Ils ont parfois fait des maisons sous de grands arbres. Si l’un d’entre eux était abattu, les pygmées se mettraient tout naturellement en colère. Ils fabriquaient également de petits pots que les humains rencontraient parfois dans la forêt. Ceux-ci devraient également être laissés intacts. Les pygmées ne parlaient pas aux humains, même lorsqu’on leur parlait. Ils semblaient juste prendre du tabac et partir.

Damon a avoué qu’il avait également vu un pygmée. Il y a environ dix ans, il campait avec sa belle-sœur et une autre fille. Il se réveilla dans sa tente et vit un petit homme au visage rouge qui lui souriait. Il était figé de peur. Finalement, il découvrit qu’il pouvait bouger suffisamment pour essayer de réveiller les filles. Quand il regarda de nouveau, le pigmée était parti. Il ne se souvenait pas avoir entendu la fermeture éclair de sa tente s’ouvrir.

À l’âge de 20 ans, Earnest a eu une rencontre avec le tigre d’eau. Lui et son oncle étaient sur un petit bateau sur la rivière quand quelque chose a dimensionné le navire par dessous et a commencé à le secouer. Earnest et son oncle ont dû s’accrocher à des branches surplombant la rivière pour empêcher le bateau de se renverser. L’oncle d’Earnest a dit qu’il s’agissait d’un tigre d’eau, même si aucun des deux n’a vu l’attaquant. Cela aurait tout aussi bien pu être un gros caïman. Il a également dit que le tigre d’eau vivait dans les rivières et courait en meute.

Sa dernière histoire concernait quelque chose dont aucun de nous n’avait entendu parler auparavant. Il y a quelques années, dans une petite grotte à un endroit appelé Wa-sa-roo, il avait vu un petit caïman. Il était même plus petit que la plus petite espèce connue de caïman nain de Cuvier (Paleosuchus palpebrosus). Il était de couleur brune et avait une bande rouge le long du dos. La description ne correspond à aucune espèce de caïman connue. Mais plus étrange que cela, il a dit que le petit caïman avait deux queues!

Paleosuchus palpebrosus

Les lézards et les serpents ont parfois jeté des spécimens bizarres à deux queues en raison d’une déformation génétique. Cependant, pour autant que je sache, cela n’a jamais été enregistré chez les crocodiliens. Ernest aurait-il pu voir une paire de caïmans s’accoupler, l’un sur l’autre? Il a dit que le petit animal faisait un bruit de beuglement très fort, disproportionné par rapport à sa taille modeste. Les alligators mâles sont connus pour beugler bruyamment pendant la saison des amours, donc cela semble être une explication raisonnable. Ernest avait également vu le petit caïman dans une crique près de la grotte à travers lequel un ruisseau a couru. J’ai enlevé mes chaussures et me suis précipité dans la petite grotte. C’était cool, il y avait de l’eau et des rebords. Bien qu’il n’y ait aucune preuve sous forme de pistes, la grotte était l’endroit idéal pour un petit caïman pour faire son repaire. Les caïmans nains aiment les ruisseaux rocheux à débit assez rapide. La Guyane pourrait être l’hôte d’une nouvelle espèce non enregistrée.

Nous avons ensuite grimpé au sommet des rochers pour regarder vers les grottes. Nous avons utilisé une caméra de vision nocturne pour filmer l’intérieur des grottes.

Plus tard, de retour à la maison d’hôtes, Kenard nous a raconté d’autres histoires qu’il avait entendues sur le di-di. Une fois, il y a de nombreuses années, un chasseur a trouvé une énorme empreinte humaine, à des kilomètres de toute habitation. Il a suivi les traces jusqu’à ce qu’elles arrivent à un arbre. Levant les yeux, il vit un énorme homme velu dormir dans les vignes. Il s’est enfui de peur.

Dans les années 40, une fille a été kidnappée par un di-di et s’est enfoncée dans la jungle. Il l’a prise pour compagne. Et ensemble, ils ont eu un enfant hybride, mi-humain, mi-di-di. La jeune fille est restée avec le di-di contre son gré jusqu’au jour où elle a vu un chasseur dans un canoë. Elle lui a crié vers la banque et a sauté à bord. Alors que le chasseur pagayait, le di-di émergea de la jungle et se tint sur la rive en gesticulant pour que la fille revienne. Quand elle ne le fit pas, le monstre prit leur progéniture métisse et la déchira en lambeaux comme une poupée.

La question de savoir où cette histoire a eu sa genèse est une question intéressante. J’ai entendu exactement la même histoire racontée à la fois sur le yéti et le sasquatch.

Une autre histoire a raconté un groupe d’hommes naviguant sur la rivière Essequeibo. À un moment donné, ils s’étaient arrêtés et avaient débarqué. Les hommes ont vu l’un de leurs collègues attrapé par derrière par un bras poilu massif. Un énorme personnage ressemblant à un singe le porta dans la jungle. Les autres hommes ont continué à tirer sur le géant hirsute jusqu’à ce qu’il laisse tomber l’homme.

Cette nuit-là, nous avons été invités à dîner avec la famille d’Earnest dans leur maison juste à l’extérieur de Lehem. Au cours du repas, Damon a mentionné que plusieurs membres de sa famille avaient déjà travaillé dans la plus grande mine d’or à ciel ouvert de Guyane. Il appartenait autrefois à une entreprise canadienne, mais a depuis été vendu. Ils employaient de nombreux Amérindiens. Une fois, tout un village plein de gens a été témoin de la découverte d’un énorme crâne humain. Il était bien plus gros qu’un crâne d’homme et Damon se demanda s’il pouvait appartenir à Gigantopithecus blacki, un singe asiatique géant que l’on croyait éteint depuis 50 000 ans. Beaucoup pensent que le yéti et le sasquatch peuvent être une forme survivante de ce singe ou quelque chose qui lui est lié. Jusqu’à présent, des restes de Gigantopithecus n’ont été trouvés qu’en Chine et en Inde. Des fonctionnaires de la société propriétaire de la mine sont venus et ont pris le crâne et on n’en a plus jamais entendu parler. Peut-être que l’entreprise avait peur de voir la mine fermée si une découverte paléontologique majeure était faite. Peut-être que ce crâne est enfermé dans le sous-sol d’un bureaucrate jusqu’à ce jour

Foster a rappelé une histoire encore plus étrange, celle d’un homme  décrit comme une créature avec des doigts palmés balayé dans un village lors d’une inondation. Il a été décrit comme ressemblant à «la créature du lac noir». Moi aussi, j’ai un vague souvenir d’avoir entendu quelque chose comme ça il y a de nombreuses années. Ce qu’était la créature, si elle avait jamais existé, et ce qu’elle était devenue, était inconnue. Les détails manquaient mais Damon était sûr que cela avait paru dans le journal local il y a de nombreuses années. Il existe une tradition largement répandue en Amérique du Sud des petits êtres aquatiques connus sous le nom de «Nègres de l’eau». Si de tels gobelins aquatiques, sur lesquels il existe peu d’informations, sont basés sur une créature réelle, cela reste encore à prouver.

Le Negro D’Agua est encore bien présent dans l ‘imaginaire de la région, particulièrement dans le Nordeste brésilien, où cette statue de 12m de haut a été crée en 2003, par l’artiste Lêdo Ivo, et placée sur le lit de la rivière São Francisco.

C’est aussi un film brésilien sorti en salles en 2014

Le lendemain, nous avons attrapé un petit avion pour retourner à Georgetown. Damon et Kenard ont dû rester à Lethem car ils devaient ramasser des serpents et des invertébrés dans des villages éloignés.

En attendant l’avion, nous retrouvons Rhiannon, l’américaine que nous avions vue auparavant sur le ferry. Elle nous a dit qu’elle avait fait des recherches sur une sorte d’esprit / créature appelée Kanima. Cela semblait être une chose différente pour chaque tribu. L’un d’eux a dit que cela prenait la forme d’un petit homme  gros.

Foster a dit qu’il avait repéré un homme qui savait tout sur le Kanima et est allé le chercher. Il récoltait le caoutchouc de métier et façonnait son caoutchouc en jolis modèles d’oiseaux qu’il vendait aux magasins. Il nous a dit que le Kanima était une sorte de sorcier solitaire, un humain aux pouvoirs magiques. Kanima vivait seul et transmettait ses connaissances à des étudiants compétents qu’il sélectionnait. Seuls des hommes pouvaient devenir Kanima et jeter des malédictions ou lancer des sorts, mais il vous laissent généralement tranquille  à moins que vous ne les provoquiez. Un pouvoir qu’il a mentionné était d’utiliser certaines feuilles pour devenir invisibles dans la forêt. Cela peut sembler incroyable, mais il s’agit peut-être de savoir ce que l’on entend par «invisible». Les membres de la tribu du Pérou ont longtemps dit que les sécrétions de la grenouille rainette singe (Phyllomedusa bicolor) rendaient les hommes invisibles, leur donnaient une grande endurance et leur permettaient de se passer de nourriture. Récemment, des biochimistes analysant les sécrétions de la grenouille ont découvert de puissants laxatifs, diurétiques et émétiques qui pourraient bien éliminer les composés malodorants de la peau humaine, rendant le chasseur invisible aux animaux de la forêt qui dépendent principalement de leur odorat. Les sécrétions semblent contenir des analgésiques et des coupe-faim. Les plantes utilisées par les Kanima pourraient-elles avoir des propriétés similaires?

Phyllomedusa bicolor

L’homme qui recoltait du caoutchouc a également déclaré qu’il avait vu un pygmée à visage rouge dans sa jeunesse. Il chassait dans la zone générale et avait vu un petit homme au visage rouge le regarder à travers les sous-bois. Contrairement à d’autres témoins, il pensait que l’homme était velu (pensait que c’était peut-être une peau d’animal qu’il portait). Quand il a réalisé qu’il avait été vu, il est tombé à quatre pattes et s’est enfui. C’est la seule mention des cheveux et du mouvement à quatre pattes. Ce témoin aurait-il pu confondre un singe? Le singe araignée noire à face rouge (Ateles paniscus) correspond à la description. Il est velu et a un visage rouge. Il se déplace à quatre pattes mais peut se tenir droit. Cependant, il a une longue queue et habite la forêt tropicale et non la savane sèche autour de Lethem.

Finalement, nous avons dû partir pour reprendre l’avion pour l’Angleterre froide et sombre et humide.

Alors, quelles sont mes dernières pensées? Ne pas se rendre aux chutes Corona et au repaire géant d’anaconda était un coup dur. Nous avons l’intention de rectifier cela lors d’une future expédition. En revanche, nous avons trouvé des informations fascinantes sur d’autres cryptides.

Les petits hommes au visage rouge n’ont jamais été enregistrés ou écrits ailleurs à ma connaissance. Ils pourraient être un type de minuscule hominidé lié peut-être à Homo florisensis. Ils semblent toujours exister, mais personne ne les a jamais étudiés.

Le di-di est peut-être un plus gros hominidé, peut-être lié au sasquatch. Si un littlefoot peut exister en Guyane, pourquoi pas un bigfoot? Une grande partie de ce qui y est attaché semble être un folklore universel. Ils semblent moins communs maintenant que les pygmées. Il semble que chaque fois qu’une habitation humaine surgit, ils se retirent plus loin dans le désert.

Le tigre d’eau, malgré mes soupçons initiaux, semble être très différent de la loutre géante (Pteronura brasiliensis). Il est social, agressif et se décline en plusieurs variations de couleurs. C’est un mammifère carnivore, peut-être un félidé ou un mustélidé.

Enfin le petit caïman. Ceci est intrigant et pourrait constituer une toute nouvelle espèce. Nous devons recueillir plus d’informations et de témoignages oculaires.

La Guyane est une véritable ménagerie de cryptides. Peu d’expéditions ont recherché ces créatures auparavant, le pays promet donc d’être un terrain fertile pour les enquêteurs pendant encore de nombreuses années.

La région de Kanuku

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.