Expédition Thylacine

Par Richard Freeman

De tous les cryptides du monde, celui qui a le plus de chance d’exister  est l’énigmatique et merveilleuse créature sous le nom de thylacine. Ce marsupial carnivore est l’un des exemples les plus spectaculaires d’évolution convergente, selon laquelle deux espèces différentes, parfois très éloignées, présentent une ressemblance remarquable l’une avec l’autre, parce qu’elles vivent dans des  niches écologiques similaires. Le thylacine (Thylacinus cynocephalus) est également connu sous le nom de loup de Tasmanie ou tigre de Tasmanie a finit par ressembler au loup commun et vice versa.

plus dans cet article : The shared evolution of the Tasmanian tiger and the wolf
par Dr Charles Feigin, de l ‘universityé de Melbourne

L’animal a une ressemblance frappante avec un loup ou un chien, mais avec des rayures le long de son postérieur. Bien sûr, il n’est pas relié au loup ou au tigre. Il ne faut pas non plus le confondre avec le diable de Tasmanie (Sarcophilus harrisii), un marsupial carnivore ressemblant un peu à un blaireau, ou au chat marsupial à queue tachetée ou tigrée (Dasyurus maculatus), un prédateur marsupial natif

Le diable de Tasmanie, ( Sarcophilus harrisii) est une espèce de marsupiaux carnivores ne vivant que sur l’île de Tasmanie, au sud de l’Australie. Le diable de Tasmanie est caractérisé par sa fourrure noire, l’odeur forte qu’il dégage lorsqu’il est anxieux, son hurlement fort et inquiétant et son tempérament agressif envers ses congénères quand il mange.

Le chat marsupial à queue tachetée (Dasyurus maculatus) encore appelé dasyure tigre est le plus gros marsupial carnivore de l’Australie. Il appartient à la famille des Dasyuridae, qui comprend les chats marsupiaux, le diable de Tasmanie et qui comprenait le thylacine. Il y a au total 6 espèces de chats marsupiaux, 4 en Australie et 2 en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Les deux sexes ont une poche tournée vers l’arrière. Chez les femelles, il est utilisé pour nourrir et protéger les jeunes en développement et chez les mâles pour protéger les organes sexuels lorsqu’ils traversent la végétation après les proies. Le crâne de l’animal a une ouverture beaucoup plus large que celle d’un loup ou d’un chien. La schémas dentaire  du thylacine est différente de celle d’un loup. Il avait quatre incisives et quatre molaires dans chaque cadrant de la mâchoire contre seulement trois de chaque chez les vrais canidés. Le thylacine a une morsure plus puissante qu’un loup mais le crâne était moins adapté à la tenue de proies en difficulté. Cela suppose une stratégie de chasse différente. Tandis que les loups chasseurs de meutes utilisent leur nombre pour abattre leurs proies, les thlacyines peuvent tuer de petites proies avec une seule attaque et sur des victimes plus imposantes, infliger une morsure puis les laisser saigner à mort. Il n’est pas aussi bien adapté à la course rapide qu’un loup mais semble avoir plus d’endurance pour la poursuite sur de longues distances.

Le thylacine est le plus grand prédateur marsupial de notre époque, sa lignée remonte à l’époque du Miocène. Les thylacines étaient autrefois présents sur le continent australien et en Nouvelle-Guinée ainsi qu’en Tasmanie. Selon l’opinion dominante,  l’espèce s’est éteinte sur le continent il y a environ trois mille ans, peut-être à cause de maladies transmises par le dingo introduit.

Cependant, les observations persistent à la fois en Australie et en Nouvelle-Guinée jusqu’à nos jours.

Lorsque les colons blancs ont colonisé la Tasmanie pour la première fois en 1803, ils ont commencé un acte de génocide écologique. Les plus grands arbres à larges feuilles du monde, les eucalyptus regnant, ont été abattus. Les émeus noirs de Tasmanie ont été chassés jusqu’à l’extinction dans les années 1830. Les populations autochtones de Tasmanie ont été décimées par les mauvais traitements  et la maladie. Leur culture a presque entièrement disparu et seuls des vestiges subsistent.

La Tasmanie : 500 000 personnes, 3 000 000 de moutons mérinos.

Des zones de forêt ont été abattues pour permettre le pâturage des moutons. Le loup de Tasmanie était l’ennemi des éleveurs de moutons. Sans aucun doute, la créature a effectivement tué des moutons. Il est difficile pour les prédateurs de résister à des cibles placides et lentes, mais les allégations de prédation par certains éleveurs de moutons impliquaient une échelle telle qu’elles étaient physiquement impossibles.

Comme la plupart des politiciens, partout et à chaque époque, le gouvernement de Tasmanie était à la solde d’intérêts privés. Pour montrer qu’ils faisaient quelque chose pour aider les éleveurs, ils ont mis en place des primes sur les thylacines de 1830 à 1909. La prime a été fixée à 1 dollar par personne. Entre les dates ci-dessus, 2 184 primes ont été versées. Dans les années 1920, le Thylacine était déjà devenu rare à l’état sauvage. Un thylacine a été abattu par Wilf Batty à Mawbanna en 1930. Elias Churchill en a piégé un vivant dans la vallée florentine en 1933.

De nombreux spécimens ont été capturés pour les zoos du monde entier, y compris Londres, mais aucune tentative concertée n’a été faite pour les élever en captivité.

Le dernier animal captif est mort le 7 septembre 1936 au zoo de Hobart, apparemment du froid car il avait été enfermé hors de son dortoir. Triste fin pour une des espèces les plus fascinantes du règne animal.

Pourtant, après la mort du dernier loup de Tasmanie, les rencontres ont continué.

Depuis la date de l’extinction officielle du loup de Tasmanie, plus de 4000 observations ont été signalées.

Ceux-ci ne viennent pas seulement de profanes, mais aussi de témoins très crédibles, dont le zoologiste Hans Naarding, qui, en 1982, a observé un gros thylacine mâle près de la rivière Arthur dans le nord-ouest de l’État. Il avait passé des décennies à étudier les animaux du monde entier. En Tasmanie, il avait observé un oiseau appelé la bécassine de Latham (Gallinago hardwickii). À 2 heures du matin, il s’est réveillé.

La rivière Arthur, menant à la ville de Corinna

«J’avais l’habitude de faire briller par intermittence un projecteur. Le faisceau est tombé sur un animal devant le véhicule, à moins de 10 mètres. Au lieu de risquer le mouvement en attrapant une caméra, j’ai décidé d’enregistrer dans mon esprit, très soigneusement tout ce que je voyais. L’animal était à peu près de la taille d’un petit chien de berger, un mâle en très bonne santé en parfait état. Ce qui le distinguait d’un chien, cependant, était un quartier arrière légèrement incliné, avec une queue assez épaisse étant une continuation droite de la ligne du dos de l’animal. Il avait 12 rayures distinctes sur le dos, continuant sur sa croupe. Je savais parfaitement ce que je voyais. Dès que j’ai atteint la caméra, il a disparu dans les sous-bois et les broussailles.

Le rapport officiel du gouvernement sur l’observation se concluera  ainsi «… »… il faut admettre que les thylacines survivent dans un certain nombre de régions de Tasmanie. »

Un autre témoin expert était Charlie Beasley, un garde forestier au ministère de l’Environnement et de la Gestion des terres. Cela s’est produit en janvier 1995. Beasly observait les oiseaux au crépuscule dans une vallée de la région de Pyangana à l’intérieur des terres de St Helens au nord-est de l’île. Il a vu un animal renifler sur un rebord et observé avec des jumelles et a décrit la bête.

La région de Pyengana

Couleur marron sale avec des rayures noires sur sa cage thoracique et environ la moitié de la taille d’un chien alsacien adulte. Il avait un visage comme un bull terrier Staffodshire mais plus allongé. L’animal s’étira, se retourna et retourna dans le maquis dense. La queue était lourde et ressemblait un peu à celle d’un kangourou et était légèrement courbée.

Beasley avait l’animal en vue pendant deux minutes.

La survie continue de la créature a même été prédite par un programme informatique. Le professeur Henry Nix du Center for Resource and Environmental Studies de l’Université australienne a développé un programme informatique appelé BIOCLIM. Outil de recherche, BIOCLIM croise les données sur les habitudes, les préférences et les zones géographiques d’une espèce. Il s’agit ici de prédire, dans quelle zone donnée, l’espèce cible est la plus susceptible d’être trouvée. Nix l’a appliqué le programme BIOCLIM au thylacine. Il y avait une correspondance presque parfaite avec l’endroit où le programme avait prédit que les animaux seraient s’ils avaient survécu et les zones où les observations étaient faites. Nix a conclu que les gens voyaient vraiment des thylacines. Le professeur Nix pense que jusqu’à 1000 thylacines peuvent encore exister dans toute l’île.

Pour le Pr Nix, tous ces témoins  » ont vraiment vu des Thylacine »

Les facteurs suivants doivent également être pris en compte. Premièrement, il existe de nombreux animaux emblématiques éteints tels que le dodo (Raphus cucullatus), le grand pingouin (Pinguinus impennis) et le pigeon voyageur (Ectopistes migratorius) que personne ne rapporte avoir vu.

Mais les gens signalent régulièrement le loup de Tasmanie. Deuxièmement, le sud-ouest de la Tasmanie n’a jamais été colonisé à l’exception d’une poignée de mineurs d’étain et de pêcheurs à Port Davey. La zone elle-même n’a produit aucun thylacines pendant la période de prime. La zone n’est pas idéale pour l’animal, mais nous savons que les créatures sous pression peuvent se retirer et prospérer dans des conditions moins que parfaites.

Un bon exemple est la population récemment découverte de tigres du Bengale (Panthera tigris tigris) vivant dans les hautes montagnes de l’Himalaya au Bhoutan à une altitude allant jusqu’à 3500 mètres, bien au-dessus de leur aire de répartition normale. Par conséquent, il est tout à fait possible que les populations de thylacine se soient déplacées vers le sud-ouest pendant les années d’abondance et soient restées intactes. Finalement, ceux-ci auraient recolonisé d’autres zones de l’île. Aujourd’hui, la plupart des rapports proviennent du nord-est et de l’ouest de la Tasmanie et de la côte ouest.

Le Dr David Pemberton, conservateur de zoologie au Tasmanian Museum and Art Gallery, dont la thèse de doctorat portait sur le thylacine, dit que malgré la pensée scientifique selon laquelle 500 animaux sont nécessaires pour maintenir une population, la panthère de Floride est réduite à une douzaine d’animaux. et, bien qu’il ait quelques problèmes de consanguinité, continue d’exister. Il a dit: « Je vais prendre un coup de pied au fesses, mais je  dirais que si nous parvenons à trouver un thylacine dans le bouillard, cela signifie qu’il y a plus de 50 animaux.

Le parent vivant le plus proche du thylacine, le diable de Tasmanie a récemment eu des problèmes avec une maladie décimant leurs populations : Tumeur faciale du diable La maladie est une forme de cancer transmissible par morsure. Il a affecté 65 % de la Tasmanie et provoqué une réduction de 80 % des populations dans les zones touchées. Cependant, la recherche génétique sur les diables  a suggéré que l’espèce n’aurait besoin que d’une population de base d’environ vingt-cinq individus pour se repeupler. Si le diable de Tasmanie a la capacité génétique de le faire, alors peut-être que le loup de Tasmanie le fait aussi. Ce n’est pas sans raison que le Thylacine a été surnommé  «l’animal éteint en meilleur santé que vous ne verrez jamais».

Nous allons maintenant examiner les allégations de thylacines vus sur le continent australien, où la sagesse popualaire nous dit qu’ils sont morts il y a environ 3000 ans.

La journaliste Samela Harris de Naracoorte News a commencé à collecter et à enquêter sur des histoires d’animaux ressemblant à des loups de Tasmanie rapportées en Australie du Sud. En 1967, un groupe d’enfants dans un autobus scolaire a vu un étrange animal à rayures ressemblant à un chien entre Naracoorte et Lucindale. La mère de l’un des témoins, Mme Dawn Anderson a également commencé à recueillir des observations. Entre eux, ils ont amassé de nombreux témoignages oculaires. Mme Anderson a produit un dessin basé sur les descriptions des enfants de l’école. Le croquis montre les longues pattes postérieures distinctives d’un thylacine.

Au milieu de 1967, Mme Anderson et son fils ont observé un thylacine pendant quinze minutes alors qu’il se déplaçait le long d’un fossé dans un marais. En février de l’année suivante, elle et quinze autres personnes dans trois voitures ont tenté de coincer un thylacine, sans succès. En mars de la même année, elle en a vu un traverser un enclos.

Semela Harris a interrogé un témoin appelé Jack Victory, un employé de la Commission des parcs qui avait vu une de ces créatures le long de la péninsule de Younghusban.

«J’étais à environ 100 mètres, à oberver les oiseaux à travers un télescope. Je ne savais tout simplement pas ce qur c’était … c’était un gros animal, un peu comme un renard et un peu comme un kangourou. Mais il n’était ni l’un ni l’autre. Il a commencé à courir le long de la porte en pente. Il avait une tête de chien et une grande queue effilée plutôt raide. Son torse était rayé de gris. Le reste du corps était brun.

Quand nous sommes arrivés à l’endroit où nous l’avions vu, nous avons trouvé ses empreintes de pattes dans l’argile. Ils avaient à peu près la taille de mon poing et se ressemblaient beaucoup lorsque je plante mon poing dans l’argile à côté de son empreinte. Nous avons estimé son poids entre 50 et 70 kilos . L’apparence de l’animal ne correspond qu’à celle du thylacine.

L’agent de tourisme John Pocock rassemblait des émeus dans des herbes hautes dans une réserve faunique privée juste à l’extérieur de Rendlesham quand il a vu un animal l’observer.

«C’était un truc bizarre, avec des traits canins dans la partie supérieure du corps et des traits marsupiaux, comme un kangourou, à l’arrière. Il était rayé comme un tigre.

Une équipe de tournage du Commonwealth était dans la région à l’époque pour filmer la faune, mais au moment où il a localisé l’équipe et amené le caméraman dans la région, la créature était partie.

Une créature qui a été vue autour du hameau d’Ozenkadnook, dans le sud de Victoria, a reçu le nom de tigre d’Ozenkadnook par les médias. Le fermier Cyril Tucker en a suivi un en 1962 et s’est approché à moins de soixante pieds de lui. Il a dit qu’il était plus gros qu’un chien alsacien avec un corps bas, une longue queue épaisse et une tête semblable à un kangourou. Il était gris avec des rayures noires sur la croupe. Il s’enfuit avec une étrange démarche en pente, les pattes arrière bougeant ensemble.

Une autre fois, il est tombé sur la créature avec ses chiens. Il les lança  à sa poursuite et la créature s’enfuya en faisant trois grands bonds sur ses pattes arrière, un mode de mouvement attribué notoirement à des thylacines. Tucker a eu de la chance que la bête ne se soit pas retournée contre ses poursuivants. On sait que les thylacines mordent à travers le crâne des chiens qui les attaquent.

La même année, neuf membres du Enedhope Hunt Club ont chassé l’un de ces animaux à travers le maquis. Pour  Mlle Lee Lightburn il était  «étonnamment comme un tigre de Tasmanie».

En 1982, le garde forestier des parcs nationaux, Peter Simon, a vu un thylacine dans une clairière près de Gibraltar Creek, dans le territoire de la capitale australienne. Ayant vu de nombreuses illustrations du loup de Tasmanie, il était catégorique sur le fait que c’était ce qu’il avait vu. Il n’était qu’à cent pieds de l’animal alors qu’il traversait la clairière. Au cours de l’année suivante, deux groupes de touristes lui ont dit qu’ils avaient vu le même animal dans la région.

Le promontoire de Wilson à Victoria est un autre point chaud pour les observations sur le continent. Cela a commencé en 1955 lorsque quelque chose a commencé à tuer des moutons en grand nombre. Les moutons ont été dévorés pendant la nuit et traînés sur plus de 200 mètres. Les gens ont commencé à signaler une étrange créature qui a été nommée le «monstre Wonthaggi» d’après une ville de l’époque.

Le 6 décembre 1955, Ern Featherstone, un vendeur de voitures, faisait la démonstration d’une voiture à M. et Mme T.J Schmedje à seulement un kilomètre et demi de Wonthaggi lorsqu’une étrange créature est apparue.

«Il a couru le long de la route et a disparu dans des broussailles. Quand nous nous sommes arrêtés, il nous regardait. Je n’ai jamais rien vu de tel. Il était à rayures brunes, un manteau élégant et s’entendait avec une reliure particulière. Il mesurait deux pieds six pouces de haut et cinq pieds de long et avait une queue aussi longue que son corps.

M. Schmedje a ajouté … «Il bougeait comme un wallaby en courant à quatre pattes. Il avait une tête de renard et un long nez. En novembre 1979, M. et Mme Charlie Thorpe conduisaient dans le parc national du promontoire lorsqu’une créature émergea de la brousse et traversa la route devant leur voiture.

«Nous n’allions pas vite, probablement à environ 40 km / h et avons bien observé l’animal. Il était plus grand que mon labrador mais plus bas dans l’arrière-train. Il se déplaçait avec une démarche sautillante particulière. Sa queue était très épaisse à la base et plus longue que celle d’un chien, se rétrécissant en pointe. Il semblait être de couleur gris foncé à gris clair et avait des bandes plus foncées distinctives autour de l’arrière-train. Les rayures ne semblaient pas noires mais étaient d’un gris plus foncé que le reste du corps.

Ce ne sont là que quelques exemples épars de centaines d’observations qui suggèrent que la créature est peut-être encore vivante sur le continent. Un certain nombre de films et de photographies sont apparus prétendant montrer des thylacines sur le continent. La plupart d’entre eux semblent être des renards roux sauvages (Vulpes vulpes) atteints de gale.

En Papouasie occidentale (anciennement Irian Jaya), les tribus montagnardes rapportent un carnivore ressemblant à un chien, nommé dobsonga. Ils le décrivent comme ressemblant à un chien avec des flancs rayés, une queue raide et de larges mâchoires. Ils disent qu’il descend des montagnes et tue des porcs, des chèvres et d’autres animaux. Le chasseur de thylacine Ned Terry a visité la région et a montré aux indigènes des photos du Thylacine, qu’ils ont reconnu comme étant le dobsonga.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s